La farce au moyen-age

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4684 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
TD de Littérature Française, La farce du XVe au XVIIe :

Commentaire de cette citation de Jean-Claude Aubailly : «  [La] farce est un simple divertissement qui s'adresse aux sens et vise le comique immédiat, franc et bonhomme ».

Jean Claude Aubailly était un chercheur et un critique qui s'intéressa particulièrement à la littérature médiévale et qui publia en 1975 son Théâtre médiévalprofane et comique, d'où la citation ci-dessus est tirée. Il faut savoir également qu'Aubailly était un critique moderne qui tenta d'apprécier la farce et le théâtre médiéval dans son ensemble en les replaçant dans leur contexte culturel et historique. Malgré cela, cette citation paraît porter sur le genre farcesque un regard réducteur puisqu'elle le désigne comme seulement destiner à provoquer le rire.D'emblée, ce point de vue est contestable: la farce n'aurait-elle aucune portée satyrique, morale, réflexive...? Plus encore, Jean-Claude Aubailly semble ici ne pas vraiment considérer la farce comme un genre dramatique car en effet, il la qualifie de « simple divertissement ». Mais on peut voir également dans cette citation une volonté de rétablir la farce comme spectacle digne d'intérêt (dumoins pour l'époque), puisque l'auteur lui reconnaît une certaine valeur comique là où d'autres critiques n'y voyaient que grossièretés et grivoiserie destinées à flatter les bas instincts du peuple.
Ce qui pose problème dans cette phrase, c'est donc la définition de la farce qu'elle propose, qui est très catégorique et apparemment plutôt réductrice. Elle pose la question de savoir si la farceest bien un genre dramatique possédant un intérêt autre que le rire. Également, on peut se demander si la farce ne possède véritablement aucune portée critique, si en la replaçant dans son contexte de représentation on peut en offrir une définition différente que celle proposé par Jean-Claude Aubailly et si une œuvre (pas seulement théâtrale) se définit uniquement par sa visée.
Pour arriver àfaire le tour des interrogations que suscite cette citation, nous commencerons par tenter de cerner le point de vue de son auteur et de déterminer les aspects de la farce qui le justifie.
Nous verrons ensuite que la farce est certes un divertissement qui vise donc avant tout le comique, mais que c'est aussi un genre théâtrale complexe et ambigüe qu'il est difficile de réduire à une définition sitranchée. Enfin nous analyserons la farce comme un genre comique dépassant inconsciemment sa fonction première.

I/ Un divertissement joyeux....
a) Le contexte des fêtes populaires
b) L'omniprésence d'un comique qui agit sur le corps et les sens
c) Un genre « rapide et chaud » → genre simple et purement comique. une tradition et une apogée? (Diderot)
II/...mais plus complexe qu'il n'y paraîta) (L'aspect satyrique omniprésent?)
b) Un autre langage théâtrale
c) Un genre qui échappe au jugement normatif
III/ Un genre qui se dépasse lui même
a) L'esprit de la farce
b) Le rire est social
c) Un art ancré dans le fonctionnement de la société

La farce, un « simple divertissement »? Certes la définition parait réductrice, mais quelques faits appuient sans contestecette affirmation, notamment les conditions dans lesquelles les farces étaient représentées. Elles prenaient toujours pour cadre les fêtes populaires (carnaval, fête des fous...) et étaient données dans la rue, montées sur une estrade ornée d'un décor sommaire. Tout le monde était libre d'assister à ces représentations puisqu'elles n'étaient pas payantes. Ainsi, les acteurs avaient en face d'eux unpublic très large, venue participer à ces fêtes dans le but unique de passer un bon moment, d'oublier leurs soucis quotidiens, bref de se divertir. On sait que ces conditions de représentation avaient une influence considérable sur la création des farces puisqu'elles régissaient les règles de jeux et de composition de celles-ci , et non l'inverse comme on en a l'habitude aujourd'hui. Le public...
tracking img