La fonction du tombeau du soldat inconnu dans les pièces de paul raynal et françois de curel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5952 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fall Semester 2009 

La fonction du tombeau du Soldat Inconnu dans les pièces de  Paul Raynal et François de Curel 
 

La Première Guerre mondiale fut la première guerre à avoir eu un impact important sur 

l’ensemble des pays qui y ont participé, et tout particulièrement sur la France, car c’est sur le sol  français  qu’elle  s’est  déroulée.  En  chamboulant  l’ordre  établit,  la guerre  remet  tout  en  question ;  elle  ébranle  la  structure  de  la  société  et,  de  ce  fait,  questionne  les  autorités  qui  la  détermine.  Le  théâtre  est  un  instrument  littéraire  qui  permet  au  lecteur  et  au  spectateur  de  s’approprier le texte de la pièce et d’en décider du sens, de le réécrire ou de le rejouer pour lui‐même, et de ce fait s’avère un excellent moyen de commémoration. Par conséquent, aborder  des sujets complexes tels que les tensions sociales qui apparaissent après la guerre à travers le  théâtre  permet  de  saisir  toutes  leurs  complexités.  Le  problème  de  fond  de  ces  œuvres  est  le  phénomène de rupture avec la structure bien établie de la société d’avant‐guerre. Afin de créer une réflexion autour de ce phénomène, ces pièces font référence à la tombe du Soldat Inconnu  qui se trouve sous l’Arc de Triomphe à Paris, et qui se veut représentante des nombreux morts  de la guerre.  Ce  devoir  se  penche  sur  deux  de  ces  pièces  de  théâtre  qui  ont  été  écrites  quelques  années  après  la  guerre :  l’une,  Le  Tombeau  sous  l’Arc  de  Triomphe  de  Raynal,  a  été  écrite  en 1930 et a suscité de violentes réactions de la part du public lors de ses représentations à cause  du sujet sensible qu’elle abordait (celui des embusqués, de ceux qui n’ont pas fait la guerre, et  qui  se  trouvaient  dans  le  public).  Elle  met  en  scène  un  soldat  qui  revient  chez  son  père  pour 
[1]   

quelques  heures  à  peine,  en  permission,  sachant  que  lors  de  son  retour  au  front  il  ne  pourra  échapper  à  une  bataille  qui  le  tuera.  L’autre  pièce,  La Viveuse  et  le  moribond  de  Curel  a  été  publiée dans la revue La Petite Illustration en 1926. Le sujet principal de la pièce est un ancien  soldat qui, n’ayant su donner sens à sa vie après la guerre, quitte Paris où il menait une vie de  débauche pour retourner chez lui, en province, et se donner la mort. Au centre des nombreuses  tensions  qui  apparaissent  dans  les  deux  pièces  se trouve  le  tombeau  du  Soldat  Inconnu,  et  le  but de ce devoir est de déterminer la fonction de ce tombeau dans les pièces de Raynal et Curel.  Autour  de  lui  gravite  la  question  centrale  de  l’autorité :  comment  le  centre  de  la  structure  sociale  a‐t‐il  été  déplacé  par  la  guerre  et  comment  ces  deux  pièces  mettent‐elles  ce  déplacement en lumière ?  Le  devoir  se  divise en  trois  parties.  Dans  une  première  partie,  quelques  exemples  des  tensions qui apparaissent dans les pièces, et qui se rapportent à la question d’autorité, seront  donnés, principalement axés sur Le Tombeau sous l’Arc de Triomphe de Raynal. Le problème du  rapport au temps sera notamment abordé, car c’est l’un des facteurs qui bouleverse la structure  traditionnelle  des  pratiques sociales  telles  que  le  mariage.  La  seconde  partie  du  devoir,  assez  brève,  fera  office  de  transition  entre  l’analyse  de  la  pièce  de  Curel  et  celle  de  Raynal :  elle  montrera  comment  le  mouvement  de  décentralisation  de  l’autorité  donne  naissance  à  une  sorte d’instauration d’un mythe qui sera le point d’ancrage de toute une réflexion, notamment  dans  la  pièce de  Curel.  La  troisième  et  dernière  partie  sera  donc  consacrée  à  l’analyse  de  la  pièce de Curel, La Viveuse et le moribond, dans laquelle le rôle de la tombe du Soldat Inconnu  prend tout son sens.   
[2]   

Les  deux  pièces  Le  Tombeau  sous  l’Arc  de  Triomphe  et  La  Viveuse  et  le  moribond  opposent  l’autorité  (le ...
tracking img