La fontaine, fables, « le paysan du danube »

Pages: 5 (1192 mots) Publié le: 21 février 2012
Lecture analytique n°9 : La Fontaine, Fables, « Le paysan du Danube », XI, 7, 1678

Auteur : Jean de La Fontaine, 1621-1695, XVIIème siècle.

Le classicisme au XVIIème s est un courent littéraire qui vise un idéal esthétique et dont les écrivains font œuvre de moralistes comme c’est le cas du fabuliste La Fontaine. Celui-ci se fait d’abord connaître par ses Contes et Nouvelles souventlicencieux en 1665 mais ce sont essentiellement ses fables que retient l’histoire littéraire. Celles-ci sont publiées entre 1668 et 1694 et c’est en 1678 que La Fontaine publie son deuxième recueil de fables qu’il dédicace à la favorite du roi, Mme de Montespan. La fable intitulée « Le paysan du Danube » en est issue et, contrairement à l’usage, elle est assez longue et ce n’est pas une fable animalière.Comment le paysan est-il présenté ?

D’emblée, il importe d’observer que La Fontaine dresse un portrait physique péjoratif du paysan. Celui-ci est grossier, est sal « ours mal léché » et a des traits irréguliers, presque difformes. Il est donc disgracieux et incarne le cliché du sauvage qui très proche de la nature et porte une « ceinture de joncs marins » (v.17). En revanche, les rythmesternaires (v.15-86) s’opposent complètement. En effet, la fonction du paysan est étonnante et détonante par rapport à son aspect rustre comme le montre sa prise de parole qui constitue la partie centrale de la fable et qui révèle ses valeurs. Pour lui le mal est la « violence » (v.48), « l’inhumanité » (v.50), « la mollesse et le vice » (v.74). Il reproche également aux romains leur avidité et leuravarice (v.20-30-47). D’autre part, il invoque les Dieux sous les auspices desquels il se met (v.24) et cette référence au ciel fait partie de ses valeurs tout comme le courage. Le germain en effet ose tenir tête aux romains devant tout le sénat et il en appelle même à sa propre mort (v.83-84) ce qui montre sa bravoure et sa sincérité.
Il y a donc un contraste saisissant entre le portraitphysique du paysan, en apparence sauvage, barbare et laid et le portrait comportemental et moral de ce germain mandaté par son peuple et confronté au sénat. En effet, son discours est éloquent et est mis en valeur par le style direct pour nous en donner toute la teneur.

En quoi cette harangue relève-t-elle du pamphlet, du réquisitoire ?

Tout d’abord, le registre de ce discours est polémique : ily a une opposition directe comme le montre l’apostrophe « Romains » qui s’oppose au « m’ » (v.23) ainsi que les pronoms « nous » et « vous » qui révèlent l’opposition des deux peuples. De plus, le ton est injonctif et imprécateur (v.33) le germain menace les romains de la colère des Dieux. De surcroît, nous pouvons remarquer que cette harangue condamne l’oppression des romains et stigmatise(fustige) avec virulence l’ensemble de leurs exactions à savoir (v.69) l’oppression, (v.76) l’absence de justice et l’avarice. Et il constate l’avilissement de son peuple par la présence romaine qui apporte le vice et la mollesse (v.74).
Ainsi, la stratégie argumentative du germain passe par la concession (v.30) : il reconnaît la faute des germains que les romains punissent par leur avarice et montreainsi son objectivité mais ce mouvement concessif lui permet en fait de mieux attaquer les romains dont il amoindrit les exploits notamment (v.31) « Rome est, par nos forfaits, plus que par ses exploits ». De plus, (v.39 à 45), le germain, à travers une accumulation de questions rhétoriques portant sur la justice est dans la dénégation d’une prétendue supériorité des romains et il montre même queles qualités des germains sont plus importantes que leurs défauts (v.46). Enfin, il insiste sur la souffrance de son peuple qui est prêt au suicide collectif, au sacrifice (v.71) et il montre que c’est un peuple qui fuit et se retire (v.65). Ce sentiment douloureux relève alors de la persuasion car cela touche le lecteur.
Ainsi, le paysan dénonce l’avidité et la violence des romains qui...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Texte : "le paysan du danube" de la fontaine
  • Jean de LA FONTAINE, Fables, XI, 7, « Le paysan du Danube » (1678)
  • le paysans de danube
  • Le paysan du danube
  • Le paysan du danube
  • Le paysan du danube
  • Le paysan du danube
  • Lecture analytique du paysan du danube

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !