La fontaine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (539 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 février 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean-Baptiste, enfant de bonne famille , vivait depuis toujours dans l'opulence , entouré d'une armée de nourisse et autres majordomes pour satisfaire le moindre de ses besoins. Paul , enfant de lacampagne , grandit dans la ferme familiale , entouré de ses ailleuls , au milieu de vaches , cochons et lapins, et pour satisfaire leurs premiers besoins viteaux , cultivait une grand potager. Al'evidence , ces deux enfant n'avaient rien en commun , et ils étaient pourtant devenus amis en fréquentant la même école du village voisin. Mais pour Jean-Baptiste, par peur des moqueries qu'entrainaientles préjugés , son amitié pour Paul ne dépassait pas le portail de l'école. Ce qui rendait ce dernier bien malheureux. Il s'était rendu compte qu'il faisait honte à Jean-Baptiste , c'est pourquoi ildécida de couper les ponts. Et chacun grandit de son côté de manières différentes. Jean-Baptiste vivait tuojours sur le dos de ses parents et ne faisait rien de bien interessant si ce n'est s'amuser etdilapider leur petite fortune . Il n'avait pas conscience de la valeur de l'argent et était devenu un jeune homme odieux , égocentrique et méprisant. A l'inverse , Paul avec la notion que letravail était une valeur primordiale et s'enrichie grâce à la sueur de son front. Vint un jour où les deuc parents de Jean-Baptiste moururent dans un accident de voiture. Il n'avait plus de repères et sesentait bien seul désormais. N'ayant pas la valeure de l'argent, il n'eut pas l'intelligence de l'épargner et y faire attention , et se retrouva rapidement sans un sous. C'est à ce moment là qu'il sesouvint de l'existance de Paul. En effet , Paul avait bien reussi à s'enrichir , en développant les activités de la ferme familiale. Un matin , Paul reçu une invitation et se pressa de s'y rendre ,lui qui était si content de retrouver son copain d'enfance , dans l'espoir que son comportement immature et irrésponsable avait changé. Pendant un bon diner , Jean-Baptiste lui fit comprendre...