La france dans la seconde guerre mondiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1819 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I/ UN REGIME NÉ DE LA DEFAITE : L'ETAT FRANCAIS

A/ LA FRANCE VAINCUE EN 6 SEMAINES

1/ Le choc de la défaite et de la débâcle
L ’armée française, victorieuse en 1918, paraissait la plus forte du monde. L’effort de réarmement avait été entrepris dès 1936, et son équipement était satisfaisant mais mal employé (ex. blindés). Seulement, le commandement militaire, attaché à des schémas ancienshérités de la Première Guerre mondiale (Pétain, Gamelin, Weygand privilégiaient une stratégie défensive) était nettement insuffisant.
La France est en guerre depuis septembre 1939. Mais aucun combat n’a lieu avant mai 1940 : c’est une «drôle de guerre» que d’attendre à l’abri de la ligne Maginot. Le 10 mai 1940, les Allemands attaquent les Pays-Bas et la Belgique. Anglais et Français se portent àleur secours. Les divisions Panzer attaquent alors par les Ardennes (“infranchissables par les chars” assurait pourtant Pétain). Les Alliés sont pris dans la nasse autour de Dunkerque. C’est la déroute : le pouvoir politique et le commandement militaire sont à la dérive. Ordres et contre-ordres se succèdent. La retraite générale est décidée le 12 juin. Paris est pris le 14 juin. La désorganisationest à son comble avec la panique qui s’empare des civils : c’est l’exode. Près de 8 millions de personnes s’enfuient sur les routes pour gagner le sud et fuir les Allemands. Ce désordre indescriptible de civils et de militaires sur les routes de France, à la merci des avions Stukas, est le symbole de la défaite, le symbole de la débâcle.
La France est battue en 6 semaines, entre mai et juillet1940, même si le courage de ses soldats n’est pas niable (92.000 tués). 1,6 million sont faits prisonniers. C'est un drame sans précédent.

2/ Le choix de l’armistice
La déroute provoque une crise politique majeure, entre les ministres qui souhaitent la capitulation (acte purement militaire qui permettrait à la France de poursuivre le combat sur d’autres théâtres, ex. en Afrique du Nord) et ceuxqui souhaitent un armistice (acte qui engage le pouvoir politique et qui décharge l’armée de sa responsabilité). L’armistice interdirait à la France de continuer le combat et ferait porter la responsabilité de la défaite sur le régime.
Pétain, vice-président du conseil, l’emporte sur Paul Reynaud. Il est nommé président du conseil par le Président de la république le 16 juin 1940. Dès lelendemain à la radio, il déclare : “C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat” et demande l’ouverture de négociations avec le Reich.
Pétain est persuadé que l’Allemagne a gagné la guerre (seule la Grande-Bretagne continue alors en guerre). Au même moment, un sous-secrétaire d’Etat inconnu, le général de Gaulle, part pour l’Angleterre et lance un appel à la résistancele 18 juin : lui est convaincu que la France n’a perdu qu’une bataille et que la guerre continue.

3/ Les conditions de l’armistice
L’armistice est signé le 22 juin à Rethondes (revanche de 1918 !) et entre en vigueur le 25 juin 1940. La convention d’armistice est très dure pour la France. Hitler laisse subsister un gouvernement français (avec son administration, sa police...) et lui laissequelques “atouts” : sa flotte de guerre, ses colonies.
Mais les soldats faits prisonniers (1,6 million) ne sont pas libérés. L’armée est réduite à 100.000 hommes. La France doit payer les frais d’entretien des troupes d’occupation (20 milliards de marks par jour !) et doit livrer aux nazis les étrangers réfugiés chez elle (en particulier les Allemands et Autrichiens antinazis). Surtout, leterritoire est démémbré :
– les départements d’Alsace-Lorraine sont annexés au Reich,
– les départements du Nord et du Pas-de-Calais sont rattachés au gouvernement militaire allemand de Bruxelles,
– une ligne de démarcation, pratiquement étanche et contrôlée par les Allemands, sépare la zone sud dite libre et la zone nord, occupée par la Wehrmacht.

B/ LE REGIME DE VICHY

Pétain apparait en juin...
tracking img