La france pdt 2nd gm

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3874 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La France dans la Seconde Guerre mondiale

Pour la France le second conflit mondial commence par une « drôle de guerre » suivie d'une défaite brutale et totale. En découle l'occupation militaire d'abord partielle, puis complète du pays par l'Allemagne. Dans ce contexte, le maréchal Pétain à Vichy et le général de Gaulle à Londres incarnent deux conceptions opposées de l'attitude à adopter.Dans quel contexte le régime de Vichy naît-il? Comment la Résistance s 'organise-t-elle ? Quelle est l'ampleur de la persécution des Juifs en France ?

I) La défaite de 1940

A – La « drôle de guerre »

Le 3 septembre 1939, à 17 heure, la France, précédée quelques heures plus tôt pas le royaume-Uni, déclare la guerre à l'Allemagne: la note officielle adressée à celle-ci annonce que « laFrance assumera ses obligations envers la Pologne ». Pourtant, au cours des semaines suivantes, la Pologne est écrasée sans réelle réaction de la France qui applique sa stratégie défensive, Les fortifications de la ligne Maginot, de la frontière suisse aux Ardennes, sont censées protéger le territoire français, et l'on pense que plus au nord, la neutralité de la Belgique dispense de prolonger de tellesfortifications. A l'abri de la ligne Maginot, la France compte sur le temps qui devrait permettre de renforcer la puissance militaire franco-britannique, grâce à l'aide des deux empires coloniaux et grâce à l'usure de l'ennemi.
Une telle stratégie correspond à l'aspiration d'une grande partie de la population qui garde le souvenir des offensives sanglantes de la Grande Guerre. Elle a toutefoisdes effets qui nuisent à l'effort de guerre: immobilisme militaire, ennui des soldats, démobilisation de l'opinion.
Les hommes politiques, de leur côté, sont divisés sur l'attitude à suivre, On est loin de ce fait de l'Union sacrée de 1914 : une minorité active milite au Parlement en faveur de la paix et le gouvernement Daladier lui-même est divisé sur les initiatives à prendre, Le 19 mars 1940,Daladier démissionne. Il est remplacé par Paul Reynaud, considéré comme partisan d'une politique plus audacieuse. Les divisions au sein du gouvernement ne cessent pas pour autant. C'est donc un pays oscillant entre détermination et attentisme qui se trouve brutalement confronté à l'offensive des troupes allemandes.

B – la défaite et l'armistice

Le 10 mai 1940, Hitler déclenche sonoffensive à l'ouest. La Blitzkrieg disloque en quelques semaines les armées alliées. Celles-ci, contrairement à ce qu'affirma par la suite une légende tenace, se sont battues et leurs pertes ont été lourdes : 92 000 tués et 200 000 blessés en 5 semaines pour l'armée française. Les divisions blindées allemandes poussent devant elles des millions de réfugiés: dès le mois de mai, en effet, l'offensiveallemande fait fuir des populations venues de Belgique et du nord de la France. Au mois de juin, c'est tout le nord de la Loire qui est touché par le mouvement. La retraite militaire française, la désorganisation des transports et les bombardements aériens allemands rendent vite dramatiques les conditions de cet exode. L'ampleur de ces mouvements de population est difficile à évaluer : on l'estime à 6ou 8 millions de personnes.
Au sein du gouvernement, à mesure que la débâcle devient irréversible, s'engage un débat entre les partisans de la capitulation et ceux de l'armistice. La capitulation, qui n'engage que l'autorité militaire, permettrait, selon ses partisans, de continuer la guerre à partir la guerre à partir de l'empire colonial. Le chef du gouvernement, Paul Reynaud, semble favorable àcette solution. L'armistice, au contraire, qui engage l'autorité politique du pays, entraînerait la cessation des hostilités entre la France et l'Allemagne. Ses partisans estiment qu'il permettrait d'interrompre une guerre qui leur paraît perdue et épargnerait au pays des souffrances inutiles.
Le maréchal Pétain, qui fait partie du gouvernement en tant que vice-président du Conseil depuis un...
tracking img