La machine infernale fiche de lecture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (360 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture La machine infernale de Jean Cocteau

1_ Le titre du livre exprime le caractère inaltérable de la tragédie en préparant d’entrée de jeu le lecteur , car Œdipe dès le début estcondamné au parricide , à l’inceste et à garder jusqu’à sa mort l’horrible sentiment d’avoir commis l’irréparable . Ce titre souligne aussi , une puissante métaphore et une férocité, celle d’uneeffroyable machine qui une fois lancée , quoi que l’on fasse , ne peut ni être convaincu ni arrêté .

2_ Jean Cocteau reprend le célèbre mythe grec d’ Œdipe : Laïos et Jocaste, le roi et la reine deThèbes, sont prévenus après avoir consulté la Pythie (l'oracle d'Apollon) que s'ils avaient un fils, ce dernier tuerait son père et épouserait sa mère. A la naissance de celui-ci le roi et la reinedécidèrent de l‘abandonner sur une montagne en lui perçant les pieds ( d’où le nom Œdipe qui signifie : celui qui a les pieds enflés).

3_ Œdipe : est le personnage principal situé au centre de lamachine infernale , Fils de Laïos et de Jocaste abandonner à la naissance après avoir consulté un oracle .
Jocaste : c'est tout d'abord la reine et la femme du roi Laïus. Après la mort de son mari,elle devient la femme d' Œdipe, son fils. Elle n'est pas grecque.
Tirésias : très fréquenté par Jocaste et Laïus, qui devine l'avenir.
Le Sphinx : monstre à tête de femme qui pose une énigmeaux individus passant seuls à Thèbes, s'ils ne trouvent pas la réponse, il les tue. Il est immortel et envoyé par les dieux.
Anubis : dieu égyptien à tête de chacal accompagnant le Sphinx et qui lerappelle à l'ordre quand il le faut.

4_ Cocteau montre le héros avant sa gloire et se risque dans ses épisodes les plus légendaires Le premier, la victoire sur le sphinx, n'est pas crédible pourdes esprits rationnels.
Le second, les noces incestueuses, choque profondément la morale.
Ils gênent, et c'est sans doute pour cette raison que le tragique grec n'y fait que de brèves...
tracking img