La malmesure de l'homme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 51 (12503 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La mal mesure de l’homme de Stephen Jay Gould

CHAPITRE UN : Le polygénisme et la craniométrie aux États-Unis avant Darwin

Les préjugés raciaux sont p-e aussi anciens que l’histoire connue, mais leur justification biologique a fait peser sur les groupes méprises un fardeau supplémentaire.
L’intro de méthodes scientifiques inductives a-t-elle apporté des données légitimes qui ont servi àtransformer ou à renforcer une tendance naissante au classement racial ? Ou bien une adhésion a priori à la notion de classement a-t-elle modelé les questions « scientifiques » posées et même les données rassemblées, de manière à conforter une conclusion préétablie ?

Un contexte culturel commun

Il nous faut tout d’abord prendre conscience de l’environnement culturel d’une société dont lesdirigeants et les intellectuels ne doutaient en rien de la réalité du classement racial, avec les indiens sous les blancs et les noirs tout en bas de l’échelle.
£Les noirs étaient inférieurs et leur statut biologique justifiait l’esclavage et la colonisation. Les noirs étaient inférieurs pareillement, mais les droits de tous à a liberté ne devait pas dépendre du niveau d’intelligence.
Le désaccordportait aussi sur les racines biologiques ou culturelles de l’infériorité des noirs.
Benjamin Franklin bien qu’estimant l’infériorité des noirs comme purement culturelle et parfaitement susceptible d’être corrigé, exprima l’espoir de voir l’Amérique devenir un domaine de Blancs que ne viendrait souiller aucun mélange de couleurs moins plaisantes.

Dans la première définition formelle des aceshumaines en termes de taxonomie moderne, Linné a mêlé les traits de caractère à l’anatomie. Les trois plus grands naturalistes du XIXeme siècle ne tenaient pas les noirs en haute estime(Cuvier, Lyell, Darwin)

J.F Blumenbach expliquait les différences raciales par les influences du climat. Malgré tout, il ne mettait pas en doute le fait que les blancs fixaient la norme que toutes les autres racesdevaient tenir pour point de référence.
Alexandre de Humboldt, grand voyageur, homme d’état et le plus vulgarisateur de notre temps qui cherchait des antécédents dans l’histoire : les arables par exemple, entretenaient des contacts plus suivis avec les cultures urbanisées environnantes.

Alfred Russel Wallace, qui découvrit avec Darwin la sélection naturelle est à juste titre compté par misles antiracistes, la sélection naturelle selon lui ne peut élaborer des organes que pour l’usage immédiat des animaux qui les possèdent. Le cerveau des sauvages est en puissance égal au notre. Mais ils ne l’utilisent pas totalement, comme le montre les caractères grossier et inférieur de leur culture.

Le racisme scientifique avant la théorie de l’évolution : monogénisme et polygénisme

Leclassement racial se justifiait selon 2 modalités. L’argumentation la plus douce soutenait l’unité biblique de tous les peuples dans la création d’Adam et Eve, on appelait cette doctrine le monogénisme ou origine unique de l’homme.
L’argumentation la plus dure renonçait aux allégories bibliques et voyait fans les aces humaines des espèces biologiques distinctes, les descendants d’Adam multiples. Entant que représentants d’une autre forme de vie, les noirs ne devaient plus nécessairement participer à l’égalité de l’homme. On appelait les défenseurs de cette doctrine les polygénistes.

Buffon, lui même, le plus grand naturaliste de la France du XVIIIeme siècle, était un abolitionniste fervent et un partisan de l’amélioration des races inférieurs dans un environnement leur convenant mieux.Etienne Serres, célèbre anatomiste français écrivit en 1860, que la perfectibilité des races les plus basses caractérisait les humains en faisant d’eux la seule espèce susceptible de s’améliorer de son propre chef.

David Hume, lui était partisan toute à la fois de la création séparée et de l’infériorité innée des races non blanches.

Louis Agassiz, le théoricien du polygénisme aux...
tracking img