La modification , michel butor

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (672 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 juin 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Plan de commentaire de l'extrait de La Modification de Michel Butor (incipit)

Introduction :

Michel Butor a été, dans les années 1950, un des principaux représentants de ce qu'on aappelé le Nouveau Roman, qui a proposé un renouvellement du genre en essayant de lui ouvrir des voies nouvelles ; et La Modification dont est tiré cet extrait, est sans aucun doute le plus connu de sesromans.
Le texte présente de façon progressive un personnage qui se dessine petit à petit, et génère autant d'interrogations qu'il donne d'informations sur lui.
Nous dégagerons de ceslignes ce qui constitue, pour le lecteur, la découverte par touches successives du personnage et ce qui fait l'originalité et l'intérêt de ce début de roman.

I – Découverte progressive du personnage :a) les éléments du cadre dans lequel il évolue : présence, d'abord peu claire, d'un panneau coulissant, d'un coin couloir face à la marche, où se trouve sa place ; il est donc devenu probable quenous sommes dans un train, comme cela est confirmé à la fin de l'extrait qu'il va à Rome. La mention de sa valise confirme que le personnage part en déplacement.

b) quelques traits qui esquissentune silhouette : homme habitué aux voyages, 45 ans, mention de deux femmes (?) et d'enfants, le nom de l'entreprise Scabelli où il travaille...

surtout, l'évocation d'un homme fatigué :- dès la première phrase, effort pénible pour ouvrir le panneau coulissant (torsion du corps douloureuse et contraignante)

- évocation d'une précision médicale du trajet dela sensation qu'il éprouve en soulevant sa valise si peu lourde qu'elle soit (depuis les doigts jusqu'aux reins / + intermédiaires à citer) ; la longueur de la phrase peut suggérer le caractère péniblede cet effort.

- nouvelles mentions de ce malaise, ressenti dans les paupières sensibles et mal lubrifiées, les tempes crispées, la peau tendue, enfin le corps tout entier contraint...
tracking img