La mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 85 (21160 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Macroéconomie :
Insee :
* T.E.F (tableau de l’économie française) 2009
* EcoFse 2009
OFCE :
* L’éco française 2010
Sites internet :
* Insee
* Insee première
* Informations rapides
* Banque de France
* Balance des payements
* (BCE) Bulletin mensuel
* Bulletin trimestriel
* Ministère des finances
* Projet loi de finance(PLF) 2010.
Chapitre I : La consommation des ménages :
La consommation est l’élément le plus important de la demande globale (60% du PIB), donc lorsque la consommation des ménages progresse rapidement, le PIB à de fortes chances de progresser rapidement aussi.
De quoi dépend la consommation des ménages ?
-> La consommation est étroitement liée au revenu.
De quel revenu parle-t-on ?
->Plusieurs façons d’envisager le revenu
1- La discussion des hypothèses Keynésiennes
La théorie générale.. publié en 1936, précise la loi « psychologique fondamentale » !
-> La consommation apparait comme étant une fonction croissante du revenu.
Deux concepts :
* Propension moyenne à consommer (PMC): Mesure la part du revenu consacré à la consommation.
* Propension marginale àconsommer (c): supplément du revenu consacré à la consommation. ( si c= 0.8 et qu’on a une augmentation de 100€, on dépense 80% de cette augmentation, donc 80€).
C= cY
C= cY + C0
C

Même sans revenu, la consommation n’est pas nulle.
C0
Y

(1)
(3)
(2)

(1)PMC = PmC
(2)PMC = c + (C0/Y) -> diminue quand le revenu augmente.
(3) PMC > PmC -> loi psychologiquefondamentale.
Chez Keynes la consommation prime sur l’épargne (on détermine d’abord les dépenses de consommation et ce qu’il reste, c’est l’épargne.)
Au contraire, Smith (les classiques) par exemple considère que la consommation est le résidu non épargné.
Pour les revenus les plus bas, on aurait tendance à d’abord considérer la consommation et vis versa pour les classes supérieures.
Y= C+ S Y/Y =(C+S/Y) -> 1 = PMC + PMS
S= Y - C Y = C + S -> 1 = PmC + PmS
D’où la fonction d’épargne: S= Y- C = Y – (cY+ C0) -> S = (1-c) Y- Co
La PmC peut elle être inférieure à 0 ou supérieure à 1 ?
-> Lorsque les ménages puisent dans leur épargne (Ex : PmC = 1.3 donc PmS= -0.3 car PmS + PmC = 1).
-> PmC < 0 : Consommation diminue plus que le revenu (Ex : R diminue de 10% consodiminue de 20%)
C = cY + C0

A partir de quel niveau de revenu peut-on épargner ?

S = (1-c) Y- C0

Seuil de rupture


Fonctions de consommation vérifiées empiriquement par deux méthodes :
* Série temporelle : Au cours d’une période.
* Série en coupe instantanée : A un moment donné, on classe les ménage par niveau de revenus


A-t-on les mêmes résultats avec les deuxméthodes ?
-> série temporelle à court terme : On retrouve une forme affine
-> Pour des séries temporelles à long terme (décennies) : la fonction de consommation à une forme linéaire.
Pour les séries en coupe instantanée on obtient une fonction affine mais avec une pente différente que pour les séries temporelles à court terme.
Cela nous indique que le comportement de consommation desménages n’est pas stable, la fonction de consommation ne dépend pas que du revenu. Et de quel revenu parle-t-on ?
2- Les reformulations postkeynésiennes :
Revenu relatif : qu’est-ce ?
Un revenu peut être relatif dans le temps (phénomène de mémorisation) et dans l’espace (on consomme les uns par rapport aux autres).
A- Effet de mémorisation et théorie du revenu relatif : ( Duesenberry 1949)En coupe instantanée la PMC décline quand le revenu augmente (plus les niveaux de revenu sont élevés, moins les individus consacrent une partie importante de leurs revenus pour consommer). La PMC est constante sur le long terme.
-> Car on consomme par rapport aux autres.
Les agents d’un groupe social quelconque auront une PMC plus forte que celle des groupes sociaux qui lui sont...
tracking img