La morale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1047 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1° La morale ne s’apprend pas

On peut affirmer que la Modernité, en valorisant la subjectivité, a engendré une véritable éthique de l’authenticité, de la sincérité, de la fidélité à soi-même. Les sources de cet idéal sont dans Rousseau[1], avec l’idée que la morale procède d’une voix intérieure, le plus souvent étouffée par les passions. « La conscience ne se trompe jamais pourvu qu’onl’interroge », affirme Rousseau dans L’Emile. Ainsi selon le Vicaire Savoyard le salut se trouve dans le retour à un contact authentique avec nous-mêmes : « Mon dessein n’est pas d’entrer ici dans des discussions métaphysiques qui passent ma portée et la vôtre, et qui dans le fond ne mènent à rien. Je vous ai dit que je ne voulais pas philosopher avec vous, mais vous aider à consulter votre cœur. Quandtous les philosophes prouveraient que j’ai tort, si vous sentez que j’ai raison, je n’en veux pas davantage. »

Un certain nombre de réformes pédagogiques initiées depuis les années 60 par les sciences de l’éducation, s’inspirent des principes éducatifs de l’Emile. Toute la pédagogie rousseauiste est résumée dans ce passage de l’Emile : « L’enfant qui lit ne pense pas, il ne fait que lire ; il nes’instruit pas, il apprend des mots. Rendez votre élève attentif aux phénomènes de la nature, bientôt vous le rendrez curieux ; mais, pour nourrir sa curiosité, ne vous pressez jamais de la satisfaire ; mettez les questions à sa portée, et laissez-les lui résoudre. Qu’il ne sache rien parce que vous le lui avez dit, mais parce qu’il l’a compris lui-même ; qu’il n’apprenne pas la science, qu’ill’invente. » Pour Rousseau il y a dans toute relation éducative une contradiction insurmontable entre la transmission et la soumission, source d’oppression sociale, de dénaturation. Il faut donc supprimer la transmission, c’est-à-dire les maîtres, au profit d’une forme d’autoproduction du savoir, coupée de tout héritage, de tout legs historique.

Cette éthique de l’authenticité peut prendre des formesdiverses. L’existentialisme sartrien est une forme d’éthique de l’authenticité pour laquelle l’inauthenticité désigne le refus de la liberté, la négation du pour-soi ou la mauvaise foi. On la retrouve aujourd’hui formulée à travers des objectifs d’épanouissement de soi, de réalisation de soi. C’est une éthique narcissique et relativiste, qui refuse le consensus moral de la société et qui recherchel’expression de son moi profond. Le sujet revendique alors le droit d’être lui-même, quel que soit l’objet de son désir.

2° L’autonomie comme conquête et comme discipline

Mais l’une des grandes affirmations des Lumières est aussi que l’individu est à faire, à cultiver, à éduquer. Les individus ne naissent pas libres : ils naissent destinés à la liberté. Ainsi comprise, l’accession àl’autonomie requiert un détour par la culture, c’est-à-dire par les œuvres, par les auteurs, ce qui implique une certaine forme d’hétéronomie. Kant, dans ses Réflexions sur l’éducation, est amené à poser ce qu’il appelle « un des plus grands problèmes de l’éducation ». Comment, sous la direction d’un maître, peut-on apprendre à se gouverner soi-même ? « Comment unir la soumission sous la contrainte avec lafaculté de se servir de sa liberté ? ». Kant précise le problème : « Je dois habituer mon élève à tolérer une contrainte pesant sur la liberté, et en même temps, je dois le conduire à faire lui-même un bon usage de sa liberté ». Selon Kant, l’homme est le seul animal qui ait besoin d’une éducation. L’autonomie est donc entendue comme une conquête progressive, une discipline. L’humanité ne nous estpas donnée à la naissance, elle s’institue ; par l’éducation, tout d’abord, par l’exigence d’ouverture à l’universel, ensuite.

3° La crise de l’éducation

Selon Hannah Arendt, la crise de l’éducation est une crise structurelle du monde moderne. Arendt lui a consacré un chapitre fort intéressant dans La crise de la culture.

L’idée de base du monde moderne, que l’on ne peut savoir...
tracking img