La passion destructrice

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 230 (57452 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Traduction et Adaptation : Antoine Galland (1646-1715)

Les Mille et une Nuits

TABLE DES MATIERES

I.

HISTOIRE DU PRINCE AHMED ET DE LA FÉE PARI-BANOU

3

II.

HISTOIRE DU PRINCE DE PERSE JULLANAR, PRINCESSE DE LA MER

42

HISTOIRE DU PRINCE AHMED ET DE LA FÉE PARI-BANOU.

Sire, un sultan, l’un des prédécesseurs de Votre Majesté, qui occupait paisiblement le trône desIndes depuis plusieurs années, avait dans sa vieillesse la satisfaction de voir que trois princes ses fils, dignes imitateurs de ses vertus, avec une princesse sa nièce, faisaient l’ornement de sa cour. L’aîné des princes se nommait Houssain, le second Ali, le plus jeune Ahmed, et la princesse sa nièce Nourounnihar. La princesse Nourounnihar était fille d’un prince, cadet du sultan, que le sultanavait partagé d’un apanage d’un grand revenu, mais qui était mort peu d’années après avoir été marié, en la laissant dans un fort bas âge. Le sultan, en considération de ce que le prince son frère avait toujours parfaitement correspondu à l’amitié fraternelle qui était entre eux, avec une grande attache à sa personne, s’était chargé de l’éducation de sa fille, et l’avait fait venir dans son palaispour être élevée avec les trois princes. Avec une beauté singulière, et avec toutes les perfections du corps qui pouvaient la rendre accomplie, cette princesse avait aussi infiniment d’esprit, et sa tenue sans reproche la distinguait entre toutes les princesses de son temps. Le sultan, oncle de la princesse, qui s’était proposé de la marier dès qu’elle serait en âge, et de faire alliance avec quelqueprince de ses voisins en la lui donnant pour épouse, y songeait sérieusement, lorsqu’il s’aperçut que les trois princes ses fils l’aimaient passionnément. Il en eut une grande douleur, et cette douleur ne venait pas tant de ce que leur passion l’empêcherait de contracter l’alliance qu’il avait méditée, que de la difficulté, comme il le prévoyait, à obtenir d’eux qu’ils s’accordassent, et que lesdeux cadets au moins consentissent à la céder à leur aîné. Il leur parla à chacun en particulier, et après leur avoir remontré l’impossibilité qu’il y avait qu’une seule princesse devînt l’épouse des trois, et les troubles qu’ils allaient causer s’ils persistaient dans leur passion, il n’oublia rien pour leur persuader, ou de s’en rapporter à la déclaration que la princesse ferait en faveur del’un des trois, ou de se désister de leurs prétentions et de songer à d’autres noces, dont il leur laissait la liberté du choix, et de convenir entre eux de permettre qu’elle fût mariée à un prince étranger. Mais comme il eut trouvé en eux une opiniâtreté insurmontable, il les fit venir tous trois devant lui, et il leur tint ce discours : « Mes enfants, dit-il, puisque, pour votre bien et pour votrerepos, je n’ai pu réussir à vous persuader de ne plus aspirer à épouser la princesse ma nièce et votre cousine, comme je ne veux pas user de mon autorité en la donnant à l’un de vous préférablement aux deux autres, il me semble que j’ai trouvé un moyen propre à vous rendre contents et à conserver l’union qui doit être entre vous, si vous voulez m’écouter et que vous exécutiez ce que vous allezentendre. Je trouve donc à propos que vous alliez voyager chacun séparément dans un pays différent, de manière que vous ne puissiez pas vous rencontrer ; et comme vous savez que je

3

suis curieux sur toute chose de tout ce qui peut passer pour rare et singulier, je promets la princesse ma nièce en mariage à celui de vous qui m’apportera la rareté la plus extraordinaire et la plus singulière. Dela sorte, comme le hasard fera que vous jugerez vous-mêmes de la singularité des choses que vous aurez apportées, par la comparaison que vous en ferez, vous n’aurez pas de peine à vous faire justice en cédant la préférence à celui de vous qui l’aura méritée. Pour les frais du voyage, et pour l’achat de la rareté dont vous aurez à faire l’acquisition, je vous donnerai la même somme à chacun...
tracking img