La paux de chagrin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (674 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication

La Peau de chagrin est un roman fantastique dont le héros, Raphaël, digne enfant de son siècle, souffre à la fois du romantisme  il est beau, noble et torturé  et de l’influence dela peau de chagrin sur sa destinée. Ce talisman est étroitement lié à la durée de sa vie, et le roman s'attache à " formuler poétiquement l’effet produit par le désir, la passion sur le capital desforces humaines ", d’après Balzac lui-même, replaçant l’œuvre dans le grand débat sur les passions et les ravages qu’elles opèrent sur l’âme.
Introduction
Désespéré par son indigence, Raphaël entrechez un brocanteur ; dans ce capharnaüm, il trouve la peau de chagrin. L’antiquaire lui cède, non sans l’avoir mis en garde sur ses pouvoirs sulfureux. " Je veux un dîner royalement splendide ", telest le premier souhait du héros. Le passage étudié est donc ce premier vœu exaucé en un banquet donné par un banquier et auquel le convient trois de ses amis.
I. Le luxe
Ici, le luxe s’incarneprincipalement dans la vaisselle qui brille de mille feux (" cristaux ", " reflets étoilés ", " feux croisés ", " dômes d’argent "...). A aucun moment Balzac n’évoque les mets dévorés, comme si le fait devoir que ces personnages pouvaient manger était choquant en soi. Toute l’attention se reporte donc sur ce qui entoure le repas.
L’abondance de nourriture est suggérée par la profusion des vins : lesnoms cités s’accumulent tandis que le banquet tourne peu à peu à l’orgie, à la mesure de l’ivresse des convives, ivresse qui fait que " les visages s’allumaient, les yeux pétillaient ", comme les feuxde la vaisselle.
II. Un banquet mené comme une guerre
Nous retrouvons un écho de la Révolution dans ce repas avec les bataillons de vin blanc (couleur de Paris) et rouge (couleur de la révolution)qui s’affrontent "dans une " profusion royale ". D’ailleurs, les convives paient leur " tribut " (impôt de l’état vassal) devant cette profusion. Et l’auteur nous explique que " Taillefer se piqua...
tracking img