La peinture est-elle faite pour les morts dans tous les matins du monde ? 

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7436 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Devoir rédigé : « La peinture est-elle faite pour les morts dans Tous les matins du monde ? »

PLAN et DISSERTATION REDIGEE

PLAN :
I La peinture est faite pour les morts

C'est une offrande : un moyen de les retrouver
C'est un moyen de se les remémorer
Peindre ne se fait que sur fond d'absence

II Elle est faite pour la vie : pour retrouver les choses, pour oublier le logos

Lapeinture retrouve la vie brute et « insignifiante »
2) La peinture comme appel au désir
La peinture comme alchimie

III Elle est faite par la mort et s'adresse aux vivants : elle montre que notre vie, c'est « être pour la mort »

Toute peinture est une vanité, un memento mori
Elle est une Passion, une quête spirituelle
Elle est une tentation de la mort, de la vie qui fuit

Rédaction:

Tous les matins du monde est un roman de Pascal Quignard et aussi le titre donné à son ekphrasis par Alain Corneau en 1991. Sainte-Colombe, grand violiste, tente d'accepter la réalité du deuil et son disciple Marin Marais de découvrir le secret de la musique de son maître. Cette initiation passera pour l'un et l'autre par la musique mais aussi par la peinture, qu'elle soit celle qu'ilsvoient, créent ou que Baugin leur fait découvrir dans son atelier : vanités, souvenirs des défunts. Elle est donc la plupart du temps associée à un deuil : la femme, la voix de l'enfant, le monde. La peinture est-elle faite pour les morts ici ? Peindre, est-ce faire un don aux disparus ou bien aux vivants ? Peint-on pour représenter le monde ou l'acte se suffit-il à lui-même ? N'est-il pas la vieelle-même dans son déploiement d'être ?
Nous verrons dans un premier temps que la peinture est faite pour ceux qui ont disparu, qu'elle s'adresse à eux, puis que peindre doit aussi s'adresser aux vivants, que l'acte lui-même est vie, enfin nous verrons que la peinture est en réalité un enseignement paradoxal, non pas pour les morts, mais de la mort elle-même pour les vivants.

Tout d'abord nouspouvons affirmer que la peinture est faite pour les morts, car elle est en premier lieu un don pour ceux qui ne sont plus. La peinture est une offrande.
Nous pouvons l'observer par exemple à travers le tableau que compose Sainte-Colombe pour sa femme : la disposition du verre de vin, du plateau à gaufrettes, du tapis bleu, va être renouvelée systématiquement pour l'offrir à sa femme. Parexemple, sa femme n'apparaît qu'une fois ce « tableau » mis en place au chapitre VI, puis Sainte-Colombe découvre une gaufrette à demi-rongée. La quatrième fois où elle lui apparaît elle réclame du vin, mais sa demande précise la couleur du vin « vin de couleur rouge ». Ainsi, les objets disposés sont des offrandes, des dus que les morts réclament, d'autre part, il semble bien que ces offrandes soientliées à la peinture, c'est la couleur que désire Madame de Sainte-Colombe, c'est ce rouge qui est demandé. La neuvième fois où elle apparaît au chapitre XX, Sainte-Colombe a disposé les objets de la même manière. Cette composition d'objets est typique d'une nature morte, elle est liée à celles que l'on retrouve chez le peintre Baugin dans le chapitre XII avec tous les objets présents chez lui,dans le film (le premier plan chez le peintre fait se succéder plusieurs vues de natures mortes à partir de véritables objets : la caméra devient pinceau : coquillages, etc....), ou simplement l'énumération des objets qu'il est en train de représenter quand Marin Marais et son maître se rendent chez lui, énumération qui reproduit bien l'entassement des objets de la nature morte. Or, cettecomposition, cette disposition d'objets qui renvoient à la la vie : le vin, les gaufrettes, les couleurs, est reprise dans la nature morte à l'échiquier qu'il est en train de reproduire : l'écriture se fait là aussi descriptive et énumérative : «un verre à moitié plein de vin rouge, un luth couché, un cahier de musique (...) » , comme pour le tableau « réel » que créait Sainte-Colombe (il y a des objets...
tracking img