La philosophie rend elle la science inutile

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (568 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
* science : Ensemble des connaissances portant sur le donné, permettant la prévision et l'action efficace. Corps de connaissances constituées, articulées par déduction logique et susceptibles d'êtrevérifiées par l'expérience.

* philosophie : La philosophie, selon Pythagore, auquel remonte le mot, ce n'est pas la sophia elle-même, science et sagesse à la fois, c'est seulement le désir,la recherche, l'amour (philo) de cette sophia. Seul le fanatique ou l'ignorance se veut propriétaire d'une certitude. Le philosophe est seulement le pèlerin de la vérité. Aujourd'hui, où la scienceconstitue tout notre savoir et la technique, tout notre pouvoir, la philosophie apparaît comme une discipline réflexive. A partir du savoir scientifique, la visée philosophique se révèle commeréflexion critique sur les fondements de ce savoir. A partir du pouvoir technique, la sagesse, au sens moderne se présente comme une réflexion critique sur les conditions de ce pouvoir.

* inutile :Sans raison d'être. Sans nécessité.

La philosophie ne permet d'établir aucune connaissance certaine. Elle est comme un champ de bataille. On peut donc s'en passer. La science, elle, suffit pourapporter des réponses certaines et utiles aux questions que l'homme se pose. Mais, laa science n'offre aucune réflexion sur les valeurs morales, sur le sens de la vie. Elle ne peut donc remplacer laphilosophie qui elle véritablement se pose la question de l'Etre (Heidegger).

« Les questions que la science exclut par principe, observe Husserl, sont les questions qui portent sur le sens oul'absence de sens de toute existence humaine. » Quel est donc ce principe, ou plutôt quels sont -ces principes par lesquels la science rejette des questions qu'elle considère comme « philosophiques » ? Ce nesont pas en réalité des principes immuables : ils varient selon les diverses sciences et leurs divers états. Ainsi l'épistémologie positiviste d'A. Comte avait .voulu fixer à deux les principes...
tracking img