La politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1157 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sarkozy et les médias : l'information neutralisée par la communication politique
publié le vendredi 21 septembre 2007 à 20h01
Hyperprésidence, omniprésence médiatique, tels sont les qualificatifs qui reviennent le plus souvent à propos des premiers mois de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. Le chef de l'Etat est partout, il s'occupe de tout. Et la presse en redemande comme en témoignent les Unes deshebdomadaires (Le Point, L'Express, le Nouvel Observateur) : Nicolas Sarkozy et les patrons, Nicolas Sarkozy et l'argent. Quand ce n'est pas le chef de l'Etat en Une, ce sont ses proches : "Le mystère Cécilia", "le problème Cécilia", "Claude Guéant, l'homme le plus puissant"...
Les papiers sur Nicolas Sarkozy font vendre, les hebdomadaires en profitent. Le problème pour la presse quotidienne estdifférent. Le président de la République multiplie les interventions médiatiques, un jour = un événement. Le rythme des journalistes qui suivent le président est très élevé. Toutes les 24 heures, un sujet en chasse un autre. Dès lors, si les journalistes veulent suivre la cadence, le recul nécessaire n'est plus possible, les dossiers ne sont plus approfondis et l'information devient de la simplecommunication politique. Comment et pourquoi Nicolas Sarkozy parvient-il à monopoliser la sphère médiatique ? En quoi l'information est-elle paralysée par la communication politique ?
Principe de la communication politique "moderne"
Nicolas Sarkozy applique à l'Elysée ce qu'il avait fait au ministère de l'Intérieur et au ministère de l'Economie entre 2002 et 2007. Devenu expert de la communicationpolitique, le chef de l'Etat s'inspire du modèle anglo-saxon inventé par Tony Blair. Le principe est assez simple : pour rester maître de l'agenda politique et éviter d'être malmené, il faut nourrir la machine médiatique : créer un événement chaque jour, tout doit être visible et donner lieu à des images pour les télévisions. En Angleterre, les communicants ont une expression pour désigner cettestratégie : il faut "faire la météo", c'est-à-dire occuper l'espace, créer l'actualité et obliger les autres à vous suivre.
Aujourd'hui, gouverner, c'est d'abord communiquer : marteler le message, parler des problèmes concrets afin d'obtenir le soutien de la population. Nicolas Sarkozy parle simplement au risque de paraître simpliste et s'adresse avant tout à l'opinion publique.
La gauche n'apas encore compris cette évolution. Lorsque Ségolène Royal évoque "l'économie de la fonctionnalité", ou lorsque le PS organise une "Université d'été" avec comme slogan "Diagnostic pour la rénovation", le message parait obscur. Désormais, la communication politique "moderne" implique un "parler vrai", c'est-à-dire l'obligation d'être concret.
En outre, en communiquant tout le temps, en imposant unrythme infernal, le pouvoir parvient aussi à neutraliser les médias.
Un sujet en chasse un autre toutes les 24 heures
Nicolas Sarkozy applique parfaitement le modèle anglo-saxon de communication politique. Chaque jour, il traite d'un nouveau dossier : régimes de retraite, fonction publique, peines planchers, allégements fiscaux. A peine le sujet a-t-il été abordé que le président passe déjà ausuivant. Dès lors, deux possibilités s'offrent aux journalistes : soit ils participent à la course contre la montre au risque de devenir les porte-paroles du pouvoir, soit ils traitent l'information en décalage pour approfondir les sujets mais dans ce cas, ils ne sont plus "réactifs". Les chaînes d'information en continu sont confrontées à ce dilemme. LCI, I-tele, BFM TV participent à une coursecontre la montre sans fin et rapportent au jour le jour toutes les interventions du président de la République. Désormais, ces chaînes diffusent même l'intégralité des discours ou des conférences de presse du chef de l'Etat ou de ces porte-paroles. L'information est brute, l'analyse est reléguée au second plan, lors de débats organisés après la diffusion de la conférence de presse.
Nicolas...
tracking img