La porte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1786 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Porte  

Nous franchissons sans cesse des portes dont le symbolisme est omniprésent, que ce soit physiquement ou virtuellement. La porte est un obstacle à franchir dans un sens ou dans un autre. Il est important de bien savoir quelle porte franchir et de les placer là où il faut.
De nombreuses portes jalonnent notre chemin tout au long de la vie. Elles sont autant de seuilssuccessifs de progression ou d’expériences.

Des portes il y en a beaucoup ici et qui, pour ma part, m’interrogent.
Cherches et tu trouveras…..
Alors je me suis mise à chercher. Ce n’est pas dit que je trouve.
Cherches et tu trouveras. Je cherche, je cherche

Cette porte elle sert bien à quelque chose.
La porte du temple est elle l’ultime seuil ? Sera t elleun obstacle définitif à ma présence ? Cette porte va certainement me séparer de quelque-chose, ce lieu de transfert, point de passage entre deux mondes, deux états, entre le connu et l’inconnu, la lumière et les ténèbres.

Tout acte initiatique conduit à mourir à sa vie profane pour renaître. Mort fictive bien sûr. Frappe et l’on t’ouvrira, facile à dire mais la chose est rarement sisimple. Car si la porte s’ouvre elle est gardée qui garde la porte . Il convient de signaler que certains gardiens des portes sont réputés dormir les yeux ouverts : lion, serpent, etc. Ce n’ est pas mon cas.
le Gardien du seuil a seul le pouvoir de décider de son ouverture, des entrées et des sorties. La Porte ne peut être franchie qu’à la condition de justifier de sa qualité. Qualité quine se fonde pas sur nos signes extérieurs, mais sur notre véritable richesse. Le simple fait de passer la porte n’est qu’un moyen et non la réalisation du changement et de la transformation
Par sa fonction de protection, la Porte évoque tout naturellement la notion de secret. En fait, la Porte présente l’aspect symbolique de la connaissance. Changement de monde et de conscience, la Porteest un symbole de naissance, à la condition, toutefois, que l’on sache la nommer et la franchir. Elle est aussi liée à l’idée de sauvegarde d’une chose précieuse ou mystérieuse. Elle est une protection du seuil, sa défense naturelle.

Dans la tradition kabbalistique la porte symbolise la connaissance absolu, le savoir. Le symbolisme de la Porte fut de tout temps présent dans la traditiondes civilisations.
Du toril au portique grec, des Portes de pierre égyptiennes, au jubé des cathédrales, elles sont des portes de Vérité, chacune de ces représentations est une invitation à tenter un passage. Car c’est bien une incitation à changer de nature que propose ce symbole. A savoir : oser franchir et passer dans une nature inconnue, oser affronter un monde invisible non exempt de dangers.En architecture, les portes sont toujours l’objet d’une attention particulière. Elles annoncent la nature, la fonction et même le statut social du bâtiment. Les palais et les châteaux ont des portes, des portails grandiloquents qui disent la grandeur, le pouvoir. Les portails des églises avec leurs tympans décorés de sculptures nous instruisent sur tel ou tel épisode de l’histoire. Les portes desprisons sont insensibles et muettes. Il y a les modestes portes en bois déglinguées des remises et des maisons pauvres faites de vieilles planches ; il y a les portes prétentieuses, frais vernies avec force enjoliveurs de cuivre ; les portes automatiques qui s’ouvrent et se ferment à notre passage. Il y a les portes aveugles comme un mur, les portes vitrées, il y a les fausses portes peintes entrompe l’œil …
Selon qu’elle est fermée, ouverte, entrouverte, fermée à clé, battante, une porte est, sans changer de nature, présence ou absence, appel ou défense. Ce n’est pas un hasard si une simple porte est investie symboliquement plus que tout autre élément architectural. Nous sommes renvoyés à sa fonction et à tout ce que cette fonction exprime et signifie. L’homme qui le premier bâtit...
tracking img