La question qui suis-je admet-elle une réponse exacte?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1791 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation de philosophie :
La question « qui suis-je ? » admet-elle une réponse exacte ?

Chaque individu à partir d’un certain âge peut répondre à la question « qui suis-je ? » en déclinant son état-civil et décrivant le cadre dans lequel il vit. Ainsi en se contenant de donner d'un repérage essentiellement extérieur, par des indices objectifs. Mais très vite en réfléchissant quelque peu,nous percevons qu’il y a une complexité avec l’utilisation du « je » : chaque individu peut se qualifier par le « je » universel. D’autre part chaque individu est doté d’une conscience propre, d’une particularité ce qui fait sa singularité. Ainsi chacun a sa propre identité. L’identité personnelle sous entend que l’on reste la même personne malgré les changements que l’on peut subir tout au longde sa vie. Ainsi si un individu veut saisir et connaître son identité personnelle, il se rend alors compte qu'elle est problématique. Nous pouvons alors nous demander comment est-ce possible de donner une réponse exacte, c’est-à-dire intégrale et définitive, à la question « qui suis-je ? » si le sujet est libre et peut changer ? Comment peut-on alors donner une réponse exacte tenant compte de laparticularité de chaque individu ? Pour cela, nous verrons tout d’abord s’il est possible d’en donner une, tenant compte de l’unicité de chaque individu, par les sciences, puis si l’expérience et l’histoire de chaque individu qui permet de donner une réponse personnelle, aussi exacte, et finalement nous verrons s’il est possible de donner une réponse exacte à la question en tenant compte de lasingularité des humains.

Ce qui nous apporte le plus souvent des réponses exactes, ce sont les sciences, pour cela intéressons nous tout d’abord aux sciences exactes, en faisant l’hypothèse qu’elle soit à même de donner une réponse exacte à la question « qui suis-je ? ».
Les sciences exactes possèdent des lois, tel que la loi d’ohm (U=R.I), qui sont des rapports constants entre des élémentsvariables (la loi d’ohm fonctionne tout le temps et dans toutes les conditions). Ces lois qui sont nécessaires, c’est-à-dire qui ne peut pas être autrement qu’il n’est, et universel, dont le résultat est exact. Un résultat exact n’est ni supérieur ni inférieur à la grandeur mesurée (pour une même tension U et une même intensité I, nous avons toujours la même valeur pour la résistance R). Ainsi toutesles lois physiques, chimiques, mathématiques et biologiques sont universelles.
La biologie est la science qui s’intéresse à notre corps. Nous ne pouvons pas nous attacher sur notre aspect physique extérieur car tel que le dit Pascal dans Les Pensées, L. 688 « la petite vérole, […] tuera la beauté sans tuer la personne… », Ainsi la beauté physique ne définit pas la personne.
Intéressons nousau phénotype moléculaire, nous savons que tous les êtres vivants sont unis et différents : le code génétique est universel, mais nous avons chacun un patrimoine génétique différent. Ainsi par notre génétique nous avons une réponse exacte à la question « qui suis-je ? », du fait qu’elle permet de définir chaque individu par son phénotype moléculaire, qui change que très peu au cours de notre vieavec les mutations. Mais cette discipline, ne tient pas tout à fait compte de la singularité des individus, car il y a le problème des vrais jumeaux que la génétique ne peut distinguer, car ils ont exactement le même patrimoine génétique, hors ce sont deux personnes à part entière et entièrement à part.
La biologie, étant une science exacte, elle donne des réponses universelles, ainsi je peux doncsavoir de quoi ou comment je suis fait, mais certainement pas ce qui me revient singulièrement dans les fonctionnements qu'elle décrit, elle ne tient pas compte pleinement de l’unicité des individus, ainsi elle ne permet de répondre pleinement à la question « qui suis-je ? ».
Intéressons nous aux sciences humaines, qui sont moins rigoureuses que les sciences exactes du fait qu’elles n’ont pas...
tracking img