La renaissance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1998 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La Renaissance

La Renaissance est un phénomène Européen :

Le XVIe s. est considéré comme une époque de lumière qui succède aux ‘’ténèbres’’ du Moyen-âge. Elle rejette les enseignements précédents, on renie aussi la civilisation médiévale et sa grandeur. On se tourne alors vers un nouveau mouvement d’idée : l’humanisme. Il repose sur une admiration passionnée sur l’Antiquité gréco-latine.On veut donc, en refaire renaître la pensée et la culture. Il est apparu en Italie à la fin du XIVe s. et se développe au XVe , le Quattrocento, qui sera une période de raffinement, de la civilisation, de l’art, de la culture, … avec Dante, Pétrarque, Machiavel. Il se développe aussi en Allemagne : dans les villes de Nuremberg, Augsbourg. À la fin du XVe s., l’humanisme touche l’ Angleterre et laFrance ( avec François Ier ). La Renaissance est aussi un courant littéraire.

Une Renaissance dans une continuité :

Les historiens se fondent dur tout plein d’événements pour fixer les limites du Moyen-âge. Le début de la Renaissance sera en 1494, le début des guerres d’Italie et sa fin sera en 1598 : Henri IV promulgue l’édit de Nantes, qui autorise aux protestants d’exercer leurreligion, il met fin aux affrontements religieux.

La société en plein bouleversement :

Changements d’ordre politique

L’apparition d’un État moderne où le pouvoir à tendance à se centraliser au pouvoir Royale. Cet un phénomène européen. L’unification des codes de lois (rédigé jusqu’à lors en latin) sont rédigés en un seul contenu, en français, c’est se qui contient l’édit (ordonnance) deVillers-Cotterêts (1539) promulgué par François Ier. Le ‘’français’’ (francien, dialecte de l’île de France) devient alors la langue officielle à la place des différents parlés dialectaux.
La population ressent un nouveau sentiment : celui d’appartenir à une nation. Les gens ont plus le sentiment d’être Français d’abord, puis Parisien, Campagnards, … Elle commence à prendre forme d’un unité nationaldepuis que l’imprimerie fixe la langue.

Changement de classe social :

La grande majorité des gens vivent dans les campagnes. Ils vivent mieux, il y a moins épidémies, moins de famines. Il y a une nouvelle classe social qui apparaît, la Bourgeoisie qui s’explique par un essor rural. Peu à peu les villes se construisent. Les bourgeois prennent de plus en plus de pouvoir économique (qui étaitjusque là pris par les évêques et les seigneurs) et auront aussi un pouvoir politique.

Changements culturels :

Le développement des villes va avoir influence sur le pouvoir de l’instruction.

Les premières écoles sont les écoles monastiques et destinées aux garçons qui allaient devenir moines. L’enseignement est essentiellement religieux (théologie, étude des écritures)
Dans les villeslorsqu’il y a un évêque, il devait y avoir obligatoirement une école ecclésiastique.
Mais on a besoin que la population sache lire, écrire et compter. Ces besoins vont être enseigné dans se qui deviendra peu à peu le collège. Il fallait aussi savoir ce qui se passait à l’extérieur de la ville.
Les gens sont très ouverts à la culture. Le collège était plus accessible que les universités car il yavait un système d’internat et de bourse d’étude. L’enseignement était donné en latin.

Au collège la culture était plus ouverte qu’à l’université, on apprenait :
- le grec
- l’hébreu
- l’arabe
- les branches scientifiques
C’est au collège que se forme les futures humanistes, les collégiens avaient déjà un tempérament foireures

A l’université, c’était de 13 ans à 20 ans, on avaitle trivium (3 branches) puis le quadrivium (4 branches) et on avait le bachelor.

Il y avait 4 facultés :

Les Arts (26 ans)
On obtenait une licence
Médecine : 2 ans – licence
5 ans – doctorat
Droit : 2 ans – licence
5 ans – doctorat
Théologie : 11 ans – licence
15 ans – doctorat
Le recteur de l’université c’est le maître des Arts. L’enseignement est gratuit, mais il...
tracking img