La sculpture d'anne pingeot

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6177 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La sculpture à Orsay- Editions Scala

Par Anne PINGEOT

Histoire des collections

Chapitre I/- Néoclassicisme, valeur impériale.

« Résistant mieux que les autres arts à l’usure du temps, la sculpture nous relie au monde antique. Mais ce privilège a parfois conduit à la paralysie les sculpteurs hypnotisés par le poids d’un passé, jugé inégalable depuis la Renaissance. »

Le prélèvementdes plus célèbres antiques italiens en 1798 par Napoléon afin d’augmenter les collections du Louvre, favorise l’émulation des géants : Canova à Venise et Thorvaldsen au Danemark tentent de combler les lacunes. En France, l’émergence d’une bourgeoisie nourrie de lettres classiques trouve un pendant esthétique à ses lectures corneilliennes, virgilliennes ou saphiques dans le néo-classicisme. Loin dese limiter au début de siècle, le Second Empire voit sa glorification à l’instar de la grandeur romaine justifiée par ce « Grand style ». « L’Allégorie du goût » de Charles-Louis Müller en 1864-65 , peinte pour le salon Denon, porte en flambeau une Vénus de Milo. Petitot, Dumont, Jaley, Jouffroy, Guillaume, Gabriel Jules Thomas, James Pradier ont une reconnaissance officielle et font partie del’Académie. « L’Anacréon » de Guillaume est accepté au salon de 1852 et le groupe de Cavelier « Cornélie, mère de Tibérius et Caius » acquis au salon de 1861, prouve l’intérêt de l’Etat pour la fable antique. Le style prend cependant plus de grâce ou de fougue à partir du milieu du siècle, le « Virgile » de Gabriel-Jules Thomas, commandé en 1859 pour la cour carrée du Louvre, tant apprécié pour sagrâce, est envoyé aux expos universelles de Paris en 1867 et de Vienne en 1873. Les grands thèmes antiques s’actualisent : Le « Faucheur » d’Eugène Guillaume reprends le geste du gladiateur Borghèse en lui ajoutant une faux et « La dévideuse » de Jean Jules Salmson redynamise le modèle de « La Pénélope » de Cavelier au château de Dampierre, datant de 1849.
Cependant, les institutions solennellesn’en démordent pas ( palais de justices, etc..) requièrent des décors officiels invitant à une réflexion morale et prônant la vertu. Il est dans cette mesure étonnant de voir alors un chantier comme celui de l’Opéra de Charles Garnier , arborer tant de groupes aussi raides et froids, mais « le triomphe de l’éclectisme demande aussi la contribution du style sérieux ».  La question du sérieux et de lalégitimation du pouvoir en place, passe inévitablement par le costume, c’est pourquoi Napoléon III fait descendre en 1863 le « Napoléon 1er en petit caporal » d’Emile Seurre, au sommet de la colonne Vendôme pour ériger le « Napoléon 1er en empereur romain » d’Augustin Dumont et dont plusieurs artistes tels Barye et Guillaume ont exploités le sujet.

Chapitre II/- Romantisme de la seconde moitiédu XIXème siècle.

« Le romantisme s’exalte durant les états de crise, les incertitudes de la jeunesse ou les époques bouleversées. Exprimant l’inquiétude, ce mouvement peut-il dans la sculpture trouver un terrain propice ? Synonyme de durée, la statue semble peu adaptée au transitoire des émotions , pas plus qu’à l’esthétique romantique proclamée par le sculpteur Préault : « Je ne suis paspour le fini, je suis pour l’infini ». Les subterfuges du relief et du bronze suffiront-ils ? »

Bien que l’apogée du romantisme se situe autour des années 1830, le Second Empire s’attache toujours aux « valeurs romantiques » : fragilité du héros, nostalgie du Moyen-Age , goût pour les personnages littéraires, etc…David d’Angers, figure de proue pour les générations futures veut rendre le géniehumain : « La sculpture est chargée de transmettre le poème, l’apothéose d’une âme noble » ( Carnets de Weimar, 1829) alors qu’il modèle sa figure emblématique d’un Goethe au large front, cristallisation de son génie universel. François Rude quant à lui, renouvelle le genre du tombeau funéraire en s’inspirant des modèles étrusques et renaissants dans sa commande à Noisot où il fixe le...
tracking img