La souffrance et les connaissances

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2100 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Philosophie
Accroitre sa connaissance est-ce accroitre sa souffrance?
« Accroître sa science, c'est accroître ses douleurs », cette réflexion tirée de l'Ecclésiaste nous montre une vision pessimiste de la connaissance.
La connaissance un terme souvent utilisé dans le langage courant a posé pour les philosophes contemporains multiples questions et problématiques. Ici la connaissancedéfinit représente toutes les formes de connaissance tel qu'apprendre, étudier, connaître , savoir , expérimenter. Alors pourquoi cette connaissance dite positif accroîtrait notre souffrance? Existe -il un lien entre notre connaissance et la souffrance? La souffrance est-elle physique ou mentale?
Ce questionnement nous permet alors de remettre en question la valeur donnée à la connaissance.
Onpourrait se dire que l'extension de ma connaissance n'engagerait pas une souffrance.
En effet nos premiers ancêtres ont dû accroître une connaissance afin de survivre dans un milieu hostile. Ils ont alors développé une connaissance empirique. Cette connaissance défendu dans le XVIIe et le XVIIIe siècle par Loche et Hume définit que toute notre connaissance provient de nos expérience, dessensations.
A la préhistoire déjà, nos ancêtres ont grâce à cette connaissance dite empirique sût évoluer, mieux se nourrir et atteindre un meilleur confort. En effet la première découverte importante fut celle du feu. Elle a permit à ces hommes de cuire leur nourriture et donc d'avoir une meilleur hygiène de vie. De plus, plus tard ils ont acquis des connaissances tels que les fabrications de lances,d'habitation par des découvertes et des expériences qui ont favorisé un confort de vie. Au jour d'aujourd'hui la connaissance empirique nous permet à nous qui dès lors de notre naissance n'avons tout un savoir innée, de nous protéger de certains risques. Par exemple lorsque que je me brûle sur du feu, notre connaissance empirique nous empêche alors de refaire cette même action car on a consciencedu danger.
Cette première forme de connaissance nous montre plutôt un aspect positif. Mais cela ne signifie pas que toute notre connaissance dérive de l'expérience. L'expérience n'est que le « matière » de notre connaissance, c'est à priori que la raison humaine qui va organiser la connaissance. Kant défend la théorie d'une construction élaboré de la connaissance par l'intelligence à partir deséléments d'expériences et des matériaux sensibles.
1
Maintenant notre connaissance ne se limite pas seulement à l'empirique mais aussi à la théorique. Notre raisonnement de nous développer. La connaissance est un facteur positif. En effet on a su évoluer dans plusieurs domaines tels que la médecine, la physique, les {text:soft-page-break} mathématiques, les sciences et ainsi améliorer notrepropre confort. Dans le domaine de la médecine on a su trouver des méthodes, des vaccins contre des maladies, des virus, qui d'antan nous assurait une mort inévitable. Ce sont des innovations comme le vaccin contre la rage de Pasteur en 1992, ou encore les soins contre la grippe qui nous permettent aujourd'hui un niveau de vie élevé. De plus notre confort s'en retrouve touché. Maintenant nosconnaissances nous on permit des progrès techniques, tels que les constructions de plus en plus poussés avec les habitations qui n'ont rien à voire à celle il y a des années de cela, ou encore le développement de voie de communication avec les transports, internet, la téléphonie. Comment se passer de tout ces conforts aujourd'hui? Comment vivre le bonheur dans l'ignorance? Cela devient presqueimpossible de s'en restreindre. On note encore des évolutions dans les domaines des sciences, on est maintenant sûr que le terre est ronde, que nous sommes plus un centre mais un fin grain de sable dans une immensité qui nous est toujours inconnue. Au fil du temps notre connaissance s'est de plus en plus accrût , on a développé la parole, l'écriture pour se comprendre, puis les livres, et enfin...
tracking img