La violence scolaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3293 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« L'élève est au centre de l'action éducative », insiste l'article 2 de la loi d'orientation 2002.

À dire vrai, depuis l'indépendance, passant par la réforme de 1987, l'enseignement subit sans cesse des amendements qui visent touts à assurer à l'apprenant les meilleures conditions d'apprentissage.

Un enseignement obligatoire et surtout gratuit mis en oeuvre intégralement en 1989, unepédagogie de réussite, un certain confort pédagogique (des classes moins chargées), des enseignants minutieusement sélectionnés, sont des mesures qui visent à garantir au sujet apprenant les chances de la réussite scolaire.

Cependant, contrairement à ce qu'on attendait, les résultats ne sont pas à la hauteur de toutes ces mesures . Echec et violence scolaires ne sont plus, malheureusement, desexceptions mais plutôt un sérieux problème qui nous pousse à s'interroger sur le futur profil de l'enseignement en Tunisie. C'est de là que vient l'idée de choisir ce sujet comme le thème de notre mémoire pédagogique. On vise à travers ce modeste travail moins une étude professionnelle qu'une réflexion sur les causes et les solutions envisageables d'un tel phénomène partant d'une petite expériencepersonnelle et poussé par l'envie de jouir d'un milieu scolaire sain et performant animé par des apprenants disciplinés qualifiés, responsables qui sachent jouir des atouts mis à leur disposition.

Il va sans dire que les conditions de l'enseignement en Tunisie s'améliorent remarquablement. On essaye sans cesse de créer une ambiance favorable qui permet à l'élève d'apprendre à se former, se cultiver,bref, d'être un élément performant et actif capable de s'intégrer dans la vie sociale.

Dans cette perspective, on a aboli le « châtiment corporel » dans l'enseignement pour protéger la dignité de l'élève et dans le but d'éliminer toute forme de pratiques violentes capables d'influencer son caractère.

Pourtant, les chiffres de la violence scolaire atteignent des tôts relativement élevés nouspoussant ainsi à se demander : Pourquoi la violence scolaire augmente-t-elle

P lCJIb C'lERCitiRQ ISI Cl SuQAiRn physique ?

Doit-on concevoir ce phénomène comme l'expression d'une hostilité accrue aux différentes formes du savoir ? Ne pouvons-nous pas considérer la violence comme une conséquence naturelle des changements que subit la société ? Cette violence n'appelle-telle pas une remise enquestion du régime disciplinaire scolaire ?

Dans notre analyse de ce sujet, nous optons pour un plan en deux parties. Nous commençons d'abord par évoquer les causes estimés de la violence scolaire notamment les mass-médias, la démission des parents et la mauvaise exploitation de la liberté donnée à l'élève suite à l'interdiction du châtiment corporel.

Par la suite, nous présenterons lessolutions envisageables pour faire face à ce problème : renforcer les mesures préventives de la violence scolaire, réajuster le rapport élève/enseignant, donner plus d'autonomie à l'enseignant.

LES ORIGINES DE LA

VIOLENCE SCOLAIRE

8

1. Les mass-médias et la culture de la violence

L'école était depuis son institution un lieu sacré consacré à l'apprentissage et du savoir et du savoirêtre. C'est là où l'enfant s'instruit se socialise et développe ses talents. Au sein d'un groupe d'apprenants, l'élève est appelé à communiquer avec ses collègues, s'échanger les idées, influencer et s'influencer.

Il est tout à fait naturel qu'il y ait souvent quelques bagatelles entre les sujets apprenants dues peut-être à la différence de leurs caractères, comportements, de l'éducation subie parchacun d'eux. Mais que ces petits problèmes arrivent jusqu'à la violence verbale ou physique contre les collègues et même contre l'enseignant, cela pousse à réfléchir.

La violence à l'école prend plusieurs formes : racket, Insultes, vols, menaces verbales, extorsion (tapage), bagarres, gangs, armes, vandalisme (...) pratiqués par des garçons et moins fréquemment par des filles. Il ne s'agit...
tracking img