Lamartine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (630 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Il est né à Mâcon le 21 octobre 1790. Les vingt premières années, passées à la campagne à Milly, sont influencées par la nature, ses sœurs, sa mère, et surtout par l'abbé Sourry, son tuteur, qui luiinsuffle une grande ferveur religieuse renforcée par les années qu'il passe au collège de Belley[5], pendant lesquelles il lit Chateaubriand, Virgile et Horace.
Il mène ensuite une vie de gentlemancampagnard (1808-1811) et sa famille anti-bonapartiste lui paie un remplaçant en 1811 pour lui éviter de servir « l'usurpateur ». Il écrit de la poésie chrétienne, et entame un voyage en Italie(1811-1812) pendant lequel il rencontre une jeune Napolitaine qui sera le modèle de sa Graziella.
En 1814 il est quelque temps garde du corps de Louis XVIII une fois ce dernier intronisé : il se réfugie enSuisse au moment des Cent-Jours et finalement démissionne en 1815[6]. Il revient à Milly, bien qu'il aille souvent à Marseille, où il s'adonne au jeu et contracte de lourdes dettes. Seul garçon de safamille, il reçoit en héritage les domaines de ses parents. Sans y être obligé, il s'engage à indemniser ses sœurs par des rentes. Il s'essaye à la tragédie (Médée).
En 1816, le poète a rencontré àAix-les-Bains Julie Charles, née Bouchaud des Hérettes, une femme mariée, épouse du physicien et aéronaute Jacques Charles, de six ans son aînée, atteinte de « phtisie », comme on appelait à l'époquela tuberculose galopante[7]. L'« idylle intense » durera jusqu'à la mort de Julie en décembre 1817, à l'âge de 33 ans : le poète est profondément marqué par cette perte qui lui inspire, en 1820, lerecueil Les méditations. Ce dernier le propulse socialement : il peut épouser Mar-Ann Birch et devient attaché d'ambassade à Naples. Le couple voyage en Italie, en Angleterre, à Paris. En même temps, lepoète publie Les nouvelles méditations, La mort de Socrate, Le dernier chant du pèlerinage d'Harold.
En 1824, il perd sa soeur Césarine de Vignet au mois de février, puis son autre soeur Suzanne de...
tracking img