Le chomage des jeunes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (750 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Le chômage chez les jeunes en France

Nombre de personne en âge de travailler et à la recherche d'un emploi par rapport à la population active (personnes en âge de travailler occupant un emploi).Introduction:
J'ai choisis ce thème parce que c'est un sujet qui est au coeur de l'actualité et qui touche de plus en plus de personnes. De plus, en tant que future jeune active, je m'inquiète demon avenir.
Dans le premier paragraphe, je vais évoquer les causes et les conséquences du chômage chez les jeunes, en appuyant mes exemples sur des chiffres d'études récentes.
Dans le secondparagraphe, je développerais les solutions qui peuvent être misent en place pour lutter face au chômage des jeunes.

Premier paragraphe :
La France penche du mauvais côté, classée au 17e rang sur 27 enmatière d'emploi des jeunes, avec un chômage de 26,5 % en mars 2013. Le fossé entre les jeunes et le reste de la population reste toutefois dans la moyenne : avec un écart de 16 points entre les tauxde chômage des moins de 25 ans et de la population globale, la France reste loin derrière la Grèce, où l'écart s'élève à 32 points.
Les problèmes d’orientation ne sont pas indépendants de cettesituation : parmi ceux qui ont fait des études, seulement 69 % des Français estiment avoir obtenu la section qu’ils souhaitaient.
Les jeunes qui entrent sur le marché du travail après avoir fini leursétudes commencent par chercher un emploi et s'inscrivent donc à Pôle emploi. Ainsi, 62 % des jeunes commencent leur vie active par une période de chômage.
Tous les jeunes ne sont pas égaux face auchômage, et c'est valable pour toutes les classes d'âge. Les plus touchés sont ceux qui sont les moins diplômés. En 2010, trois ans après leur sortie du système scolaire, les non-diplômés étaient encore 41% à ne pas avoir trouvé d'emploi, les titulaires d'un CAP ou d'un BEP, 24 %. Alors que les titulaires d'un bac + 2 n'étaient que 9 %, et les diplômés d'une école d'ingénieur seulement 5 %. Le...