Le complexe d'oedipe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2149 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PIERRET Charlène
Devoir maison N°1
Sujet : en quoi le complexe d’Œdipe est-il le nœud nodal de la névrose

Introduction :
Autrefois appelé « complexe nucléaire ou complexe maternelle » c’est en 1910 dans un texte intitulé « contribution a la psychologie de la vie amoureuse » qu’apparaît la notion du complexe d’Oedipe. Concept théorique centrale de la première topique de Sigmund FREUD, lecomplexe d’Oedipe est l’une des découvertes principales de la psychanalyse. Phénomène ordinaire du développement, essentiellement psychologique, organisateur de la vie psychique, le complexe d’Oedipe est une organisation fantasmatique inconsciente. Dont FREUD en fait « le phénomène central de la sexualité infantile ». Le complexe d’Oedipe renvoi à un conflit interne celui du sujet lui-même, de sonobjet d’amour et du rival qui s’interpose. Il se définit comme l’ensemble des désirs amoureux et hostiles que l’enfant entre 3 et 5 ans éprouve à l’égard de ses parents. L’enfant œdipien en toute innocence sexualise ses parents les introduits dans ses fantasmes comme objets de désirs et par la suite il renonce aux parents en tant qu’objets sexuels pour les incorporer comme objet d’identification,afin d’aboutir a une identité sexuelle et a un surmoi. Les principaux éléments du complexe d’Oedipe sont les désirs incestueux, les fantasmes et les identifications. Mais en quoi l’Oedipe peut il jouer un rôle majeur dans la formation d’une névrose… Nous allons éclairer la problématique suivante « en quoi le complexe d’Oedipe est-il le nœud nodale de la névrose » Dans un premier temps nousdéfinirons la névrose, puis le lien qu’elle entretient avec le complexe d’Œdipe pour en dégager une conclusion.
La névrose

La névrose est une affection psychogène c'est-à-dire sans cause organique où le sujet à conscience de son état morbide. Les névroses sont des maladies de la personnalité caractérisée par des conflits intrapsychiques qui transforme la relation du sujet à son environnement social. Ils’agit d’une entité nosologique qui provoque des altérations touchant au comportement, au raisonnement, à la vie affective et émotionnelle. Les troubles psychiques sont sans rupture avec la réalité et ils résultent d’un conflit inconscient, les symptômes sont mis en avant par le névrosé et répondent à une angoisse particulière. La névrose caractérise la situation dans laquelle le moi du sujetdemeure en conflit quasi permanent avec les autres instances le ca et le surmoi. Conflit intérieure intense entre les désirs et les interdits. La sémiologie de la névrose relève des signes portant sur l’affectivité (l’angoisse), sur le comportement (l’évitement), sur la pensée (l’obsession), sur la communication (quête affective) et la personnalité. La personnalité névrotique se caractérise par despersonnalités hystérique, obsessionnelle, phobique, dépendance aux autres, angoisse de solitude, dramatisation anxieuse, inhibition, peur de mourir etc. L’élément essentiel de sa vie psychologique et de sa pathologie c’est l’angoisse qui occupe une place centrale dans sa personnalité. Soit l’angoisse reste flottante ou libre, soit elle essai de se fixer sur le monde extérieure par le déplacement oula projection ou bien elle s’intériorise grâce au refoulement. Les trois signes intimes qui expriment la souffrance du névrosé sont : le mal-être, la conflictualité et la sexualité qui parasite la personnalité. La psychopathologie clinique reconnaît quatre sortes de névroses : d’angoisse, d’hystérie, obsessionnelle et phobique.
Freud distingue deux sortes de névroses :
Les névroses actuellesqui trouvent leurs origines dans le présent, à l’exemple de la
névrose d’angoisse, hypocondrie.
Les psychonévroses dont l’origine est l’histoire infantile : dans les névroses de
transfert la libido se déplace sur l’objet réel ou imaginaire, exemple les
névroses hystériques. Dans les névroses narcissiques la libido est fixé sur le
moi, exemple : psychose.
La structure névrotique...
tracking img