Le concept de crise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1265 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LE CONCEPT DE CRISE

Dans quelle mesure une crise économique traduit-elle une remise en cause de l’organisation économique du moment ?

« Ce qu'on nomme la crise n'est que la longue et difficile réécriture qui sépare deux formes provisoires du monde. »
Jacques Attali, extrait de Les Trois Mondes.
Une crise économique est un processus de retournement du cycle économique en son point le plushaut, qui interrompt la phase d’expansion et précipite l’économie dans la dépression.
Elle est la représentation des imperfections du système en place. A l’image de la crise des subprimes, la dérégulation était prônée comme un élément permettant la croissance, cependant en raison de ce principe la crise la plus forte depuis 100 ans a eu lieux.
On peut se demander si la crise survient-elle àcause de l’organisation des échanges ou existe-t-il un élément exogène capable de générer une crise ?
En d’autres termes, un système est-il toujours responsable de crise ?
En effet, l’organisation des échanges est imparfaite, néanmoins, elle n’est pas toujours directement la cause d’une crise.

Tout d’abord, le concept de crise n’est pas vu de la même manière selon les courants. Ils en existentdifférentes visions.
Chez les classiques, à l’image de J-B SAY qui explique que la croissance est la règle et que la crise est temporelle. Le marché va s’adapter aux nouvelles données et mettre fin à la crise. En outre, RICARDO au travers de sa loi des rendements décroissants montre que l’économie tend vers un état stationnaire. La crise de surproduction est donc impossible.

Lesrégulationistes, eux, parlent d’une crise de mutation en raison de la baisse de la productivité et l’augmentation des revendications salariales qui ont fin aux 30 glorieuses.
Ils considèrent que l’économie doit avoir une masse monétaire fixe, éviter toute inflation, et s’appuyer sur l’économie réelle. Ils nous avertissent des dangers de la baisse de la productivité et/ou des augmentations de revendicationssalariales qui comme lors dès 30 glorieuses ont fin à mal le système fordiste.

De la même manière un autre courant propose un système « sans failles » l’école de l’offre.
Cette école qui s’oppose à Keynes, voit dans uniformisation des règles monétaires, une pression fiscale faible, une forte flexibilité du licenciement et dans le marché le moyen d’éviter les crises. En effet, selon eux, lorsquel’on ne se trouve pas dans ce schéma il existe un risque de produire des crises.

La crise de surproduction est illustrée parfaitement en 1929. En effet, le « jeudi noir » et le « mardi noir » du mois d’Octobre furent les pires jours pour le monde financier. 13 millions de titres vont s’échanger le jeudi 24 au lieu des 3 millions habituels. En effet, les individus consonnaient de moins en moins etle cour de certain métaux tels que l’acier grimpe. Les coûts augmentent et les ménages ne consomment plus. La perte de confiance des épargnants va être fatale pour les institutions financières puisque les banques n’auront pas assez de liquidité pour redonner l’argent aux des petits porteurs.

Cependant il existe d’autres crises ayant d’autres natures, voici la plus récente.
Le cas de la crisedes subprimes est à l’image des systèmes ayant implosés en raison de leurs imperfections. Des crédits sont faits à des ménages, la banque les vend à des investisseurs sous forme d’obligations. Ces derniers sont remboursés par les intérêts que payent les ménages.
La banque s’est défaite d’un certain nombre de crédit et peut donc en proposer de nouveaux.
Néanmoins, le cercle reprend forme ce quicrée une bulle spéculative. Malheureusement, les ménages qui étaient des agents à risque car trop pauvre pour payer des emprunts à taux variables vont briser le cercle. La bulle éclate et les titres perdent toute leur valeur ce qui entrainent l’effondrement des cours boursiers.

On peut donc affirmer que le type d’organisation définit le type de crise. En effet, il y a différentes crises...
tracking img