Le divorce

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3821 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le divorce

Introduction

* Quelques chiffres...

Les premiers divorces

* Un peu d’histoire

Les causes actuelles de divorce

Le divorce et la séparation en eux- même

* Les différentes étapes de séparation
-de fait
-de corps et de biens

* Les différents divorces
-désunion irrémédiable
-consentement mutuel

Les conséquences du divorce

Conséquencespsychologiques

* Au niveau des ex-conjoints

-étapes psychologiques du processus de séparation

* Les enfants du divorce

Conclusion

Le divorce |

Introduction.

Quelques chiffres: (source : site du gouvernement et statistique judiciaire du SPF justice 2003)

La Belgique a connu en 2009 pas moins de 32.606 divorces alors que seulement 43.303 couples se sont mariés.
Enun siècle (1900-2009) le nombre de divorce a augmenté de 50% !!
C’est la tranche d’âge 50-59 ans qui divorce le plus (en 2009).

Dans les écoles, au travail, le week-end, pendant les congés scolaires, à Noël, aux anniversaires, aux réunions de famille, le divorce est là.
Il est devenu si fréquent qu'on le remarque à peine en dehors du cercle privé.
Et pourtant un weekend sur deux, ce sont enmajorité des pères que l'on croise aux sorties d' écoles.

Le divorce pèse sur tous les événements quotidiens de la famille et de son entourage proche, impose à chacun son ordre un peu strict et règle ou dérègle actuellement la vie de plusieurs millions d'enfants.
Les questions de ceux-ci, aussi embarrassantes que pertinentes, laissent souvent les adultes sans voix, tant elles touchent à dessujets complexes, douloureux et profonds.
Nous savons que pour nos enfants, le divorce est un sujet qui fait mal et comment ne pas nous embourber dans nos histoires d'amour, de disputes, d'espoirs et de déceptions en s'adressant à eux.

Origine étymologique de « divorce » et mots associés :
Pour exprimer cet état de séparation, anciennement, on employait le terme « repudiare » pour désigner ladissolution du mariage par l’homme sans consultation de sa femme. Ce mode de divorce représentait bien la place de la femme dans la société patriarcale rigide.
Ensuite, vint l’usage du mot « divortum », qui s’est appliqué à la femme initiant une procédure de divorce, lorsque celle-ci souhaitait se séparer « du chemin de son mari ».
Plus tard, on vit également les hommes employer cetteexpression.
Enfin, on vit apparaître dans un usage plus neutre le terme « dimettere » (dissoudre).
Dans les premiers temps, le divorce était donc unilatéral et dépendait de la seule volonté d’un des deux époux alors que plus tard, il pouvait aussi être qualifié de bilatéral, contracté par les deux époux.

Les premiers divorces

Au sens de notre droit actuel, le divorce est la rupture, la dissolutiondu mariage, prononcée par la justice, du vivant des époux.
Il s'agit d'une dissolution complète et définitive du lien conjugal qui opère pour l'avenir. Actuellement, le droit de divorcer est reconnu à tous sans avoir à rabaisser nécessairement l'autre, ce qui n'a pas toujours été le cas.
De même, il n'existe plus de honte à l'idée de divorcer, le divorce semble être une étape naturelle de lavie conjugale. Pour arriver à cette dédramatisation du divorce, il a fallu passer par de nombreuses étapes riches en remous.

Un peu d’histoire :

Selon certaines théories, déjà dans la préhistoire il semble que nos ancêtres étaient monogames, et si c'était bien le cas on peut supposer qu'on y ait vécu les premières séparations, mais, de toutes façons, nous ne pouvons faire que des hypothèses...
L'antiquité:
Chez les romains:
Le divorce est bien connu du droit romain et courant, il est pratique sous deux formes: celles du divorce par consentement mutuel et du divorce-répudiation.
Dans le premier cas, il est perçu comme une fin normale du mariage où le consentement mutuel défait ce qu'il a fait.
Dans le second, il est la conséquence du pouvoir marital: à sens unique, il permet au...
tracking img