Le droit de vieillir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1376 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Secouer le cocotier !

« Au XIXe siècle, l'ethnologie pittoresque, un temps à la mode, prêtait à des tribus polynésiennes une étrange coutume : les vieux, disait-on, étaient éliminés lorsqu'ils n'avaient plus la force de grimper au cocotier. » (P. 9) Dès l'avant-propos, Bernadette Puijalon et Jacqueline Trincaz affichent clairement leur volonté de renverser la perspective en interrogeant aussile rapport des sociétés occidentales au vieillissement.

Poser un si vaste débat imposait un retour préalable sur les notions. Et tout d'abord un questionnement sur la désignation de l'âge, entre le « vieillissement », appréhendé comme un processus naturel, et la « vieillesse », produit des représentations sociales propres à chaque société. D'une certaine manière, les auteurs rejoignent iciBourdieu pour qui « la jeunesse n'est qu'un mot »1 et l'âge une donnée biologique socialement manipulable. Il ne s'agit pas pour autant de chercher obstinément les formes symptomatiques de la domination d'une classe sociale. L'analyse décompose subtilement et sans verbiage la complexité d'un contexte où les sociétés tentent de gérer et d'organiser des relations de pouvoir mais laissent aussis'exprimer des formes diverses de rapports individuels et collectifs à la perte (physique ou mentale) et à la finitude.

Nous suivons alors le dédale des ciselages sémantiques souvent occupés à occulter la ride et les outrages du temps. « Troisième âge », « nouveaux retraités » ou « seniors » ont pudiquement effacé les « vieux » dont B. Puijalon, en 1991, avait si bien su nous dévoiler la face2. Onregrette un peu, au passage, l'absence de référence aux travaux fondateurs de B. Neugarten, véritable pionnière dans la décomposition des catégories totalisantes et stéréotypées de l'âge3. Toutefois, sur le fond, les conclusions se rejoignent. Les segmentations ordinaires entre les différents degrés de vieillesse sont présentées. Elles poursuivent un découpage normatif pas toujours en phase avec levieillissement physiologique. L'âge de la préretraite, qui place les individus en périphérie du monde des actifs, est un exemple saisissant des contradictions de la gestion contemporaine des âges dans certains pays comme la France4.

Dans le travail ardu de découpage des âges, lorsque l'approche fonctionnelle prévaut, l'espoir reste permis pour les « jeunes vieux » (indépendants, actifs, mobiles)jusqu'aux franges de la dépendance marquée par l'amoindrissement, la perte et le handicap. C'est alors l'entrée dans l'irrémédiable « quatrième âge » des « vieux vieux ».

Mais avec le développement des sciences humaines, la recherche d'une élaboration scientifique des catégories va évoluer vers une plus grande exigence de rationalisation. On peut d'ailleurs se demander si cette démarche àlaquelle participent les auteurs n'est pas aussi, d'une certaine manière, une forme particulièrement contemporaine de production culturelle des âges. Toujours est-il que B. Puijalon et J. Trincaz livrent ici une réflexion intéressante éclairée par une savante mise en perspective des temps historiques, avec les valeurs et les croyances inhérentes aux sociétés et aux civilisations. Les auteurs en arriventfinalement à relever des permanences transversales assez troublantes qui, dans le temps et dans l'espace, balisent les stéréotypes et les représentations de l'âge. Ainsi, dans les civilisations où le culte du corps est particulièrement valorisé, l'affaiblissement physique est considéré avec dégoût. Et, de Sophocle à Du Belay, de l'Ancien Testament aux plus modernes de nos auteurs contemporains,les représentations négatives des personnes âgées se ressemblent étrangement (chapitre 3). Ce rapport à l'âge serait-il l'apanage des sociétés européennes ? Loin des rives du vieux continent, les Nambikwara d'Amérique centrale désignent le « jeune » et le « beau » par un même mot et confondent aussi le « vieux » et le « laid » (chapitre 4).

Les représentations négatives de l'âge, à la fois...
tracking img