Le jeu de l'amour et du hasard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1332 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Marivaux est un auteur français né en 1688 et mort en 1763. Il a écrit de nombreuses comédies dont la plupart reprennent des personnages de la Commedia dell’Arte comme par exemple Arlequin ou Silvia, présents tous deux dans le Jeu de l’Amour et du Hasard.
Après les premières rencontres entre les deux personnages, Silvia et Dorante travestis, la Scène 8 de l’Acte III est en fait, la révélationpour Silvia de l’amour qu’elle éprouve envers Dorante. Les deux jeunes premiers se jouent mutuellement la comédie pour faire en sorte que leur mariage forcé se transforme en une « union désirée » qui fera leur bonheur. Le stratagème de Silvia qui voulait rendre jaloux Dorante a réussi mais elle risque maintenant de le perdre. Les deux objectifs de Silvia sont donc de faire revenir Dorante et qu’ilfinisse par la demander en mariage alors qu’elle n’est, à ses yeux qu’une servante. Dans cet extrait de scène nous étudierons tout d’abord le Jeu de Silvia et de Dorante puis l’Evolution de leurs sentiments.

I - Le jeu de Silvia et de Dorante
Le jeu entrepris par les deux personnages, Silvia et Dorante n’est en fait qu’un jeu que l’on pourrait qualifier de « cache-cache sentimental » qui setraduit en fait par l’idée d’un départ en opposition avec l’idée d’un retour.

a) Le « jeu de cache-cache » sentimental
Dans cette Scène 8 de l’Acte III, nous pouvons remarquer une importance des mouvements scéniques suggérés par les verbes « partir » et « revenir ».
Dans son aparté, Silvia dit « S’il part, je ne l’aime plus… » avec la présence des verbes « partir, aller, sortir ». PuisDorante réplique « J’ai de la peine à partir », puis plus loin « Je ne partirai point. ».
La notion de départ, envisagée par Dorante est plutôt hésitante et c’est ici le thème principal du dépit amoureux, c’est-à-dire le chagrin de colère dû à une déception qui est celle de Silvia, qui, ne le retint pas lorsque celui-ci est sur le point de partir, comme il le dit lui-même « Adieu. Il s’en va ». A cemoment là, Silvia se pose des questions, et se pose un tas de questions, elle se questionne elle-même et cela nous est livré, par l’intermédiaire d’apartés « S’il part, je ne l’aime plus, je ne l’épouserai jamais... Elle le regarde aller. Il s’arrête pourtant, il rêve, il regarde… ». Pendant sa longue tirade elle ne fait que de décrire son attitude en espérant au fond d’elle que son prétendantrevienne à elle. Ce n’est que Dorante qui ose revenir, sans intervention spontanée de sa prétendue dulcinée, qui ne fait bien sûr, à travers un aparté, que de guetter son moindre geste. « Dorante reparaît pourtant, il me semble qu’il revient ». De plus les verbes « partir » et « revenir » sont également utilisés dans d’autres répliques telles que « Restez, je vous prie… » puis « J’ai de la peine àpartir… », paroles de Dorante. Silvia a conscience de son pouvoir, qu’elle n’hésite pas à mettre en valeur sur Dorante, elle se croit « maîtresse du jeu » et elle le poursuit jusqu’au faux départ de Dorante. Les apartés exprimés par Silvia ne retranscrivent que les paroles exprimant ses sentiments avec sincérité, puisqu’ils sont nettement dégagés du souci de paraître.
b) Les procédés employéspar Silvia
Silvia, sous son rôle de « maîtresse de jeu » cherche en fait à faire réagir Dorante, en insistant sur son opinion intérieure telle qu’elle le dit « Je ne suis qu’une suivante, et vous me le faites bien sentir », elle prend ici grâce au procédé du Marivaudage, le rôle de la jeune fille mystérieuse pour attirer l’attention de son interlocuteur. De plus, Silvia change de ton, elle peutaisément prendre un ton de nature interrogatif puis d’un ton plutôt exclamatif « Quoi, sérieusement vous partez ? » ; « Eh, Monsieur, de quelle conséquence est-il de vous justifier auprès de moi ? » puis « Je suis sensible à son amour ! Qui est-ce qui vous l’a dit ? Je ne saurais vous aimer ! Qu’en savez-vous ? », elle cherche donc à déstabiliser Dorante qui en vient à la solliciter « instruisez...
tracking img