Le management public local

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7321 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le principe de subsidiarité active
Concilier unité et diversité Pierre Calame
Note de réflexion, FPH, 1996, 12 pages (bip 1991)

Résumé En 1993, Pierre Calame introduit pour la première fois le concept de "subsidiarité active" lors du séminaire européen de Copenhague sur l’exclusion sociale. Le mot rencontra un écho, suscita la curiosité mais ne fait pas, jusqu’à cette note de 1996, l’objetd’aucune description détaillé. Cette note vient donc combler le manque. Pierre Calame y montre la lente gestation du concept de 1970 - dans sa pratique de la gestion territoriale- jusqu’à 1996. Elle montre les rapprochements et les analyses comparatives qui ont permis de vérifier le caractère très générale des questions auxquelles le concept de subsidiarité active apporte une rponse. Elle montr aussile lien intime entre le concept, l’évolution des politiques publiques et le travail en réseau. Le contenu de la note a été largement réintégré dans les ouvrages ultérieursn l’Eta t au Coe ur et la Dé moc ra tie e n mi et tes . L’intérêt, encore actuel, de la note de 1996, est de se suffire à ellemême.

Mots-clés thématiques : SUBSIDIARITE ACTIVE Mots-clés acteurs : ETAT; COLLECTIVITE LOCALEMots-clés méthodes : ÉCHANGE D'EXPÉRIENCES Réf. : intranetfph/bip/1991, ETA11 - Concilier unité et diversité

Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme - site web : http://www.fph.ch

1- Résumé
La "subsidiarité active" est une philosophie et une pratique de la gouvernance qui part d’une nécessité essentielle du monde moderne : concilier l’unité et la diversité. Notre monde està la fois profondément interdépendant et infiniment divers. Cette interdépendance nous unit. La mondialisation des échanges de biens, de services d’informations, d’argent la renforce chaque jour un peu plus. L’emprise des hommes sur la biosphère et les risques de déséquilibre qui en résultent obligent à une gestion commune du bien commun dont la fragilité est chaque jour plus évidente. Mais ladiversité infinie des milieux écologiques, culturels et sociaux nous enrichit. Plus le monde devient village, plus la technique se dématérialise, plus l’économie se mondialise et plus se confirme l’importance de territoires et de "milieux" capables de cohésion, d’initiative, de partenariat, d’innovation, de mobilisation, d’adaptation fine au "terrain", de responsabilisation. Les très grandesentreprises, seuls acteurs actuellement à l’échelle de la mondialisation, ont eu à inventer des modes d’organisation respectant cette double exigence d’unité et de diversité. Elles l’ont fait de mille manières, en centralisant la stratégie et en décentralisant les responsabilités opérationnelles, en faisant circuler les expériences et les savoirs par la circulation des hommes, en créant des espacesd’autonomie en leur sein, en décomposant les grands systèmes en unités à taille humaine, en uniformisant par des procédures et des règles de contrôle plutôt qu’en homogénisant les manières de faire, etc... mais leur problème est plus simple que celui de l’action publique. Pour celle-ci, la conjugaison de l’unité et de la diversité pose des problèmes profondément nouveaux. Aucun problème important ne trouvede solution satisfaisante à une seule échelle : dans l’avenir, le partage des compétences sera l’exception et l’articulation des compétences, la règle. Or, science politique et traditions administratives sont muettes face à cette nouvelle situation. Traditionnellement elles proposent, pour organiser les responsabilités aux différentes échelles, une alternative : jacobinisme ou subsidiarité. Pourle jacobin, l’unité est première. La nation, une et indivisible, est le seul corps politique légitime. La souveraineté est au peuple. L’égalité est la règle. Elle s’exprime concrètement par l’uniformité pour ainsi dire géométrique des formes de l’action publique sur tout le territoire. Mais, de ce fait, l’action publique est par essence normalisée, compartimentée et s’adresse à des...
tracking img