Le misanthrope

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1672 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Misanthrope, ou l’Atrabilaire amoureux fut joué en 1666. Les cinq actes de cette comédie en vers mettent en scène Alceste, le personnage titre, qui déclare dès la première scène : « Je hais tous les hommes. » C’est essentiellement une comédie de mœurs et de caractère ; l’action en est fort mince. Le pauvre Alceste, l’ennemi du genre humain, lui qui ne peut souffrir l’hypocrisie universelle quifait la société, est tombé amoureux de Célimène, une coquette qui est tout au contraire l’amie des salons, des médisances spirituelles et de la société. Au premier acte, il attend Célimène. Aux deux actes qui suivent, il ne peut lui parler, car elle fait salon. À l’acte IV enfin, il éclate contre elle, contre son goût pour les mondanités et lui déclare son amour. À l’acte V, elle se retrouveseule, abandonnée par ses anciens amis, victimes eux aussi de cette méchante langue. Cependant, elle hésite à suivre Alceste, qui lui demande de quitter le monde. C’est alors lui qui s’en va .Alceste, indigné par l'hypocrisie de la société mondaine et des hommes en général, est amoureux de Célimène. Il souhaite lui parler en tête à tête afin de connaître ses sentiments. Mais il se retrouve face àd'autres soupirants de Célimène. Ces derniers excitent sa jalousie et suscitent ses réprobations morales. Son comportement apparaît de plus en plus extravagant aux yeux de tous. Pour Alceste, les sujets de mécontentement et de dépit s'accumulent : il perd le procès dans lequel il était engagé et découvre peu à peu l'infidélité de Célimène. Sa colère contre les hommes et les usages de l'époque leconduit à se retirer de la société. Alceste hait l'humanité tout entière, y dénonce l'hypocrisie, la couardise et la compromission. Mais il aime pourtant Célimène, coquette et médisante. Le vertueux se lance ainsi dans des combats perdus d'avance qui l'acculent à la fuite. Malgré tout, le héros ne peut s’accommoder des hommes et de son siècle. Ses excès de vertu et de colère le rendent parfoisridicule, le plus souvent pathétique en sa dignité et, quoi qu’il en soit, inapte à la société des hommes et des femmes. Mais Alceste, dont Molière se moque dans cette comédie, a fini par devenir au contraire le héros qu’on admire. Alceste est ici devenu, non l’opposant de Philinte, mais une sorte de double dégradé et comique de son ami.

La Cantatrice chauve

Eugène Ionesco écrit: « Il me sembleparfois que je me suis mis à écrire du théâtre parce que je le détestais. »

Pendant deux décénies, Ionesco nourrit une réelle méfiance envers le théâtre, considéré genre fondamentalement faux. Il lui déteste le conventionnalisme, la grossièreté des effets dramatiques.

Explication pour la genèse de La Cantatrice chauve: Voulant apprendre l’anglais dans un manuel de conversation franco-anglaise,Ionesco s’aperçoit que les phrases destinées au néophyte, prises en elles-mêmes et pour elles-mêmes, et non comme un simple moyen d’acquérir des structures langagières, expriment une pensée « aussi stupéfiante qu’indiscutablement vraie » sur le plan universel, comme: « Le plancher est en bas, le plafond en haut. »
Si les « vérités » proférées par les personnages sont creuses, elles dévoilent lavéritable nature du langage.
ionesco est hanté par le sentiment de l’étrangeté du monde, manifeste surtout dans la banalité quotidienne.
La vacuité de la parole.
La lecture des pièces ionesciennes est la manifestation exemplairement bouffonne d’une tragédie du langage.
Sur les « influences » souffertes par Ionescu: « La grande erreur de la littérature comparée – du moins telle qu’elle était il ya vingt ans – était de penser que les influences sont conscientes et même de penser que les influences existent. Or, très souvent les influences n’existent pas. Les choses simplement sont là. Nous sommes plusieurs à réagir d’une même façon. Nous sommes à la foix libres et déterminés. » Le titre de la pièce est dû au hasard: un acteur, qui jouait le rôle du pompier, eut un lapsus linguae au...
tracking img