Le normal et le pathologique chez canguilhem

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2654 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Canguilhem – Le Normal et le Pathologique

Plan : I. Introduction et présentation de l'auteur
Auguste Comte et le principe de Broussais
Claude Bernard et la pathologie expérimentale
Les conceptions de Leriche
Réflexion



I. Introduction et présentation de l'auteur

Georges Canguilhem est un philosophe et médecin français né le 4 Juin 1904 et mort le 11Septembre 1995.
Spécialiste d'épistémologie et d'histoire des sciences, il publia des ouvrages très importants sur la constitution de la biologie comme science et sur la médecine, la psychologie, les idéologies scientifiques et l'éthique. Parmi ses œuvres, les principales sont Le normal et le pathologique et La connaissance de la vie.
Sa thèse principale est que le vivant ne saurait être déduitdes lois physico-chimiques et qu'il faut partir du vivant lui-même pour comprendre la vie. L'objet d'étude de la biologie est donc irréductible à l'analyse et à la décomposition logico-mathématiques.

L'entreprise de Canguilhem dans Le normal et le pathologique consiste à critiquer une conception mécanisée du corps, il consacre toute la première partie de son ouvrage à présenter et à critiquerComte, Claude Bernard, et Leriche, à partir d'une réflexion portant sur les termes de normal et de pathologique. Cet ouvrage évoque le problème de la physiologie pathologique, exposé en liaison avec l’examen critique de la thèse du XIXe siècle selon laquelle les phénomènes pathologiques sont identiques aux phénomènes normaux correspondants, à des variations quantitatives près.


II. AugusteComte et le principe de Broussais

Dans ce chapitre, l'auteur Canguilhem fait la critique de la théorie de Comte, théorie reposant sur la quantification de la maladie et sa continuité avec la physiologie. Cette théorie est exposée dans ses Cours de philosophie positive.
Pour commencer, Comte fait correspondre les phénomènes de maladie et physiologique en s'appuyant sur un auteur particulier,Broussais, qui admettra que la pathologie d'un organe n'est qu'excès ou défaut d'une fonction qui régit l'organe normal.
Comte s'approprie ainsi la théorie de Broussais pour en faire sa propre théorie positive et reprend l'idée selon laquelle les phénomènes organisant le corps humain sont régis de la même façon dans le cas pathologie et le cas normal, à quelques « degrés » prés. Le point importantdes idées de Broussais est celui selon lequel la vie existe grâce à l'action d'« excitateurs » (corps étrangers et action cérébrale) et que c'est la déviation de cette excitation dans le plus ou le moins qu'on peut passer d'un état normal à un état pathologique et inversement.
En reprenant Broussais, Comte admet alors l'absence de phénomènes nouveaux à l'origine d'une maladie mais pour luicelle-ci n'est que la continuité du normal, avec des variations quantitatives dans le supérieur ou l'inférieur. Comte compare maladie et normal par la quantité, et pour en démontrer encore l'appréciation de cette méthode, l'auteur cite Brown et Bichat. Le premier mesure le phénomène pathologique et même la thérapeutique, qui se base sur un calcul (Lynch, disciple de Bichat, et son échelle de mesurespour soigner une maladie.) Le principe de Brown repose sur l'incitabilité, propriété qui permet aux êtres de réagir, et au fait que la maladie n'est qu'une modification quantitative de cette propriété. Pour le seconde, Bichat, il y a opposition entre physiologie et physique.

Pour illustrer sa thèse, Comte trouvera les preuves dans les expériences qu'il dit « indirectes », c'est à dire dans lapathologie à proprement parlé, et rejette toute importance de l'expérimentation qui ne sera que destructrice du phénomène vital mis en cause.

Que reproche Canguilhem à Comte ?
Le problème soulevé par Canguilhem est justement celui d'une définition de la maladie grâce à un champ lexical de la quantité. Mais encore, faudrait-il une définition de la santé et du normal pour définir la maladie. Et...
tracking img