Le pont mirabeau analyse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1186 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1°5 juin 2011 GT sur La Poésie  « La fuite du temps » A. Gaonach

« Le Pont Mirabeau »  Alcools 1913 Apollinaire 1880-1918

Apollinaire est un poète du début du xx° siècle, poète de « L’Esprit Nouveau », proche des peintres cubistes, Braque, Picasso. Le recueil Alcools associe le thème lyrique de l’amour perdu à la nouveauté de laforme poétique (vers libre, pas de ponctuation...)
Dans ce poème écrit à la suite d’une rupture, 2 thèmes s’opposent , l’éphémère et la permanence, opposition à l’origine de la souffrance du poète. Comment Apollinaire renouvelle-t-il le thème traditionnel de la fuite du temps ?

I La Modernité= renouvellement du thème (apport des éléments propres à la poésie pour renouveler le thème de lafuite du temps.

- Absence de ponctuation ,l’espace entre les strophes, les liaisons d’un vers à l’autre (les enjambements) mettent en valeur l’impression de fluidité et d’eau qui coule pour souligner la thématique de la fuite du temps qui s’écoule.
- l’absence de ponctuation favorise l’ambiguïté voulue par le poète, ainsi dans la 1° strophe : est-ce  « et nos amours » qui est lié au souvenir oule vers 4, joie, peine ? Attention en le lisant, le mieux étant de laisser planer l’ambiguïté en liant le tout très lentement.
- Modernité de la strophe : vers variés, décasyllabe, tétrasyllabe (= 4), hexasyllabe, le refrain : heptasyllabe nombre impair préconisé par Verlaine dans son « Art Poétique » (voir Bordas II p 241) pour rendre le vers plus musical .Ce poème est une chanson, il serad’ailleurs mis en musique, cette musicalité renforce le registre élégiaque
- Dans chaque strophe, 3 vers riment ensemble et un, le 2° vers, n’est associé à aucun autre , il est terminé par une rime masculine, ce qui l’oppose encore plus aux autres qui riment et sont terminés par une rime féminine et va rappeler une autre opposition, qui sera étudiée dans la 2°partie
- Dans la mise en page, leblanc typographique correspond à un silence et à un arrêt dans cet écoulement du temps
La modernité dans le thème avait déjà été introduite par Baudelaire qui remplaçait la Nature chère aux Romantiques par la Ville, l’espace urbain, thème de la Modernité

II Le thème de l’éphémère
Il est renouvelé par l’association de 2 thématiques enchâssées l’une dans l’autre, la fuite du temps et celle del’amour. Ces deux thèmes s’entrecroisent.

1) Thématiques dissociées
v. 13 et 14 avec l’anaphore et la comparaison, le poète insiste sur l’amour » l’amour s’en va comme cette eau courante »
puis séparément, il insiste sur la fuite du temps en énumérant selon un ordre croissant 2 éléments du temps « jours, semaines », et en les plaçant après le verbe, «  passent » répété 2 fois ;l’inversion verbe-sujet, inhabituelle met en valeur cette fuite du temps en plaçant le verbe en début de vers et avant l’hémistiche ce qui donne un décasyllabe coupé en 4-6 et allongent le temps attribué aux semaines. « Passent les jours et passent les semaines »
- v.19 les sonorités assonance en « a » et la syllabe longue dans « semaines » allongent encore ce temps qui ne cesse de s’enfuir.
2) Puis cesthématiques sont placées symétriquement comme en écho ; le v. 14 répond au vers 12 «  Les jours s’en vont... »// « L’amour s’en va »
3) Enfin elles se recoupent construction parallèle et négation en anaphore
v.20 et 21 «  Ni temps passé / Ni les amours reviennent ». Ces deux vers sont mis en valeur par la place qu’ils occupent à la fin du poème
Le vers qui suit «  Sous le pont Mirabeaucoule la Seine » est en même temps inaugural et conclusif. Il exprime la continuité de l’eau et devient le symbole de l’effacement de l’amour et de l’indifférence du monde à la souffrance du poète. Registre élégiaque Mais à côté de cette association amour/temps on peut discerner un conflit entre 2 autres thèmes sous –jacents

III Le thème de la permanence

1) Refrain, fixe et permanent, 2...
tracking img