Le rire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1680 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Epreuve de culture générale et expression

Dossier sur le thème de la fête, réalisé par Florence Charravin-Bras, professeur agrégé de Lettres modernes au lycée Aubanel à Avignon.

1. Synthèse :

Vous rédigerez une synthèse concise, objective et ordonnée des quatre documents suivants :

Document 1 : Claude Monet, la Rue Montorgueil à Paris, Fête du 30 juin 1878

Document 2 : LeNouvel Observateur, 400.000 personnes à la Techno-Parade

Document 3 : Robert Rochefort,  « Immeubles en fête, la fête des voisins »

Document 4 : Guy de Maupassant, Jour de fête

2. Ecriture personnelle :

Vous répondrez d’une façon argumentée et ordonnée à la question suivante, en vous appuyant sur les textes du corpus et sur vos lectures personnelles :

Les fêtes collectivespeuvent-elles être, selon vous, des «  antidotes à l’indifférence et à la solitude » ?

Proposition de correction de la synthèse de documents :

Le corpus rassemble des documents autour de la fête laïque et urbaine dans une société moderne. La problématique est orientée vers une réflexion sur la fête et le lien social.

I – La fête moderne dans la ville :

- Les signes de la fête : rassemblement,rire, bruit, couleurs, la ville pavoisée (tous les documents)
- Foule et spectacle dans le décor urbain (Monet, techno-parade, Maupassant)
- Célébration profane, modernité des manifestations : la République et l’Exposition universelle (Maupassant, Monet), musique électronique, les voisins (techno-parade, « Immeubles en fête »)

II – La cohésion sociale :

- A l’écart de la fête : rejetindividuel ou institutionnel, exclusion, distance du spectateur (tous les documents)
- L’union nationale et républicaine (Monet, Maupassant)
- A la rencontre de l’autre, la solidarité (« Immeubles en fête », techno-parade)

III Les enjeux de la fête :

- La fête, reflet de l’époque : (Maupassant, « Immeubles en fête », techno-parade)
- Un enjeu politique et culturel (techno-parade, Monet)
- Unmessage humanitaire et humaniste (techno-parade, « Immeubles en fête »)

Document 1 : CLAUDE MONET
La Rue Montorgueil à Paris. Fête du 30 juin 1878, 1878

[pic]

La Rue Montorgueil est exécutée le 30 juin 1878, à l'occasion de la grande fête de clôture de l'Exposition universelle, manifestation d'enthousiasme à la fois national et républicain quelques mois seulement après lesgrands affrontements de 1876-1877 entre républicains et conservateurs.

Document 2 : PARIS 400.000 personnes à la Techno-Parade
Le Nouvel Observateur, NOUVELOBS.COM, 16.09.06, 19:23

La fête s'est déroulée sous le double signe de la "solidarité et de la "réconciliation". Epargnée par la pluie, la 9e Techno-Parade de Paris a de nouveau fait le plein samedi 16 septembre sous le doublesigne de la solidarité mais aussi de la "réconciliation", selon le souhait du Ministre de la Culture venu donner le coup d'envoi sous les cotillons et un déluge de décibels.
Selon les organisateurs, près de 400.000 personnes ont participé à l'événement dans une ambiance bruyante mais bon enfant, encouragées depuis les trottoirs par de très nombreux badauds. A 17H30, la préfecture de police deParis n'était pas en mesure de donner une estimation de l'affluence. Aucun incident n'était signalé Dès 13H15, vingt chars équipés de puissants "sound systems" à grands renforts de lâchés de mousse et de confettis, ont formé une grande boucle sonore et colorée de 6 km, départ et arrivée place de la Bastille, suivis par des dizaines de milliers de personnes. Représentant tous les courants de latechno (Trans, House, Minimale, Hardcore), une centaine de disc-jockeys dont de nombreuses stars comme Martin Solveig et Didier Sinclair, étaient aux platines sous les ovations des "teufeurs".
Vitrine festive et revendicative en faveur d'une meilleure reconnaissance des musiques électroniques "toujours en butte à des préjugés tenaces", selon Technopol, association organisatrice, la...
tracking img