Le tanger du net

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1778 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Tanger du Net

EL KHALIFI Abdelilah



Nul doute que le développement vertigineux des Nouvelles Technologies de l’Information et dela Communication (les fameuses NTIC !) est en train de changer irrémédiablement notre rapport aux êtres et aux choses. Sa manifestation la plus sidérante est bien entendu la fameuse toile, le réseau des réseaux, l’Internet. Espace de confluences de tous les avoirs et de tous les savoirs, caisse de résonance de tout ce qui bouge dans ce monde.
On y trouve de tout, on y glane avec gourmandise(parfois sans scrupules), toute sorte d’idées et de données, et l’on y joint l’utile à l’agréable en bénéficiant des énormes possibilités qu’il offre : interactivité, multimédias, téléchargement, etc.
Espace total donc de la globalité qu’on assimile bien volontiers à une nouvelle forme de liberté humaniste, alors que l’on assiste de plus en plus à une sorte de « fracture technologique » entre lesriches et les pauvres (d’ici et d’ailleurs !), entre ce que l’on considère schématiquement comme étant le Nord et le Sud. Derrière la façade « virtuelle » de cette forme de communication ouverte, se trouve la mainmise des puissants sur ses modes de production, de contrôle et de diffusion. On est encore bien loin de la communion universelle promise…
Et pourtant, tout le monde s’y met, est obligé des’y mettre : le train cybernétique ne s’arrête pas aux petites gares de la périphérie. Il faut le prendre en marche, et peu importe la classe à laquelle on prétend, l’essentiel est de faire partie du voyage.
Qu’il s’agisse de personnes physiques ou morales, d’institutions étatiques ou supranationales, d’entités dédiées au commerce ou aux échanges d’idées… tout le monde est censé participer àcette marche, tâcher de bien figurer parmi ceux qui ont droit à une place au soleil du net. Cette nouvelle exigence de visibilité a gagné toutes les sphères de notre vie (ou survie). Et il n’y a pas jusqu’aux confins reculés du savoir qui ne soient pas concernés : l’on imagine sans peine la fierté de tel ou tel autre chercheur quand il lui arrive d’énumérer les fois ou son nom est mentionné sur dessites prestigieux. Sans parler bien entendu des fameuses « pages perso » (ou des récents « blogs ») qui, sans pudeur aucune, exhibent narcissiquement les photos d’usage flanquées de curriculum vitae kilométriques. Plus que jamais, connaissance rime avec reconnaissance !!!
Il s’agit donc d’un espace de compétition ouverte qui, faisant fi des frontières traditionnelles, préfigure peut-être ( !?)la société de demain, qui réduit sans ambages notre belle planète bleue à un simple village planétaire, selon la fameuse expression, à la fois menaçante et pleine de promesses.
Notre propos, ici, est d’interroger les signes de reconnaissance de la ville de Tanger dans le concert des lieux qui, plus que (et contre) d’autres, s’efforcent de relever le défi de la mondialité. Notre ambition estd’ouvrir modestement une brèche analytique par rapport à un espace davantage considéré comme source d’information et de connaissance que comme objet d’étude, par rapport à un espace dont on n’a pas encore mesuré les conséquences sur notre manière de réfléchir, d’agir ou d’être simplement. L’intérêt est de voir comment, à travers les mécanismes qu’il met en branle, il contribue à forger des idées, àconditionner des perceptions et des conceptions que certains adoptent sans résistance.
Cela concerne bien entendu les internautes des pays développés pour qui la consultation du Web se confond désormais avec les gestes quotidiens, permet de consulter la météo, commander une pizza, prendre un rendez-vous avec le médecin ou préparer un voyage… De nos jours, il y’ a sans doute davantage (il y en...
tracking img