Lecture analytique chapitre i de candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1434 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture Analytique du chapitre I de Candide : l’Incipit.
 
Intro :

L’apologue est un genre littéraire qui se compose d’un récit fictif plus ou moins long, souvent allégorique et qui délivre une morale.

 Le conte est un genre d’apologue qui se caractérise par l’intervention du merveilleux, dans un récit d’aventures.

 Parmi les auteurs d’apologue et plus précisément de contes : Voltaire(1694-1778)
 C’est un auteur français du XVIIIe, philosophe des Lumières.

 Ses contes les plus célèbres sont : Zadig, l’Ingénu, Micromégas et Candide.
Il a également  écrit des traités (Traité sur la tolérance) mais aussi des essais (Essai sur les mœurs et  l’esprit des nations)
 
 On étudie : Candide ou l’Optimisme (1759) : un conte philosophique
 
C’est un roman d’apprentissage, quimet en scène des péripéties qui vont transformer le jeune candide. Il passe d’un étant de candeur à un étant de connaissances.
 Dans son œuvre, il reprend la théorie de LEIBNIZ (optimisme) et vulgarise le mot. Il introduit aussi des idées subversives c’est pourquoi il se cache et préserve la censure avec le sous-titre : « traduit de l’allemand de Monsieur le Docteur Ralph ».
 
 
LECTURE
 Chapitre 1 = incipit du roman.
Il présente la situation initiale.
 
Problématique : En quoi cet incipit est-il original ?
 
Plan :

I – Le début typique d’un conte

II –  Un incipit comique

III-  Voltaire détourne le conte à des fins satiriques

I) Cet incipit est le début typique d’un conte :
 
 Argument 1 : Formule introductrice
 
« Il y avait en Vestphalie, dans lechâteau… »
Amorce qui rappel « il était une fois »
 
De plus « icelui » (pronom démonstratif) dans le titre est déjà à l’époque, une forme désuète.
 
Enfin, emploie de l’imparfait « il y avait » / « avait donné » / « annonçait » / « nommait » 
 
 Argument 2 : Voltaire reprend les archétypes et stéréotypes du conte.
 
Les lieux :
 Un château : « le château de monsieur le baron deThunder-ten-tronckh »
Un monde peu connu : « en Vestphalie » (A l’époque, gens voyage peu et Vestphalie : région reculée d’Allemagne).
 
Les personnages :
 Reprise des personnages traditionnels
 
Traditionnellement :                Dans le roman :
 Le roi et la reine                       « le baron de Thunder-ten-tronckh » « Madame la baronne »
Un prince et une princesse        « Candide » : « un jeunegarçon » « le fils du baron »
                                              « Cunégonde » : « sa fille » (du baron)
Des domestiques                      « ses palefreniers » « femme de chambre » « ses piqueurs »
Un enchanteur (sage)               « Pangloss » (le philosophe)
 
Comme dans le conte, les personnages sont très schématiques. Ici chaque personnage n’est réduit qu’à 1 ou 2 traits. [Souvent, le nom est suivi de CDN (Prop. Sub relative par exemple)]
 
Le baron et puissant et méchant :
« un des plus puissants seigneurs de la Vestphalie »
Allitération en [t] : Thunder-ten-tronckh (sonorité aggressive)
+ « Thunder » en anglais signifie « foudre » (onomastique)
Il chasse Candide « à grands coups de pied dans le derrière »
 
Madame la baronne est obèse :
Hyperbole : «quipesait environ trois cent cinquante livres » (Soit 158 kg)
 
Candide est jeune et naïf :
« un jeune garçon » « l’esprit le plus simple »
 
Cunégonde est une jeune fille : « haute en couleur, fraîche, grasse, appétissante » (énumération)
« âgée de dix-sept ans »
 
Pangloss : « le précepteur » « le docteur » son rôle = « enseigner »
« Pangloss enseignait lamétaphysico-théologo-cosmolo-nigologie ».
 
 

Comme dans un conte, les lieux et personnages sont idéalisé.
 Des adjectifs mélioratifs :
« un beau château »
« une très grande considération »
« petite brune très jolie »
 
Utilisation de superlatifs :
« les mœurs les plus douces »
« un des plus puissants seigneurs »
« encore plus respectable »
« ce meilleur des mondes possibles »
« le plus beau des...
tracking img