Les alpes-maritimes et la seconde guerre mondiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3630 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Alpes-Maritimes
et la
Seconde Guerre Mondiale

SOMMAIRE:

Introduction:

I- Un sursaut de patriotisme:

1- Les origines de la résistance azuréenne:
2- Action contre l’envahisseur:
a) Durant l’occupation:
b) Durant la libération:

II- Les Alpes-Maritimes: une économie de pénurie:

1- L’économie de guerre: une population en souffrance:
a) Des ressourcesinsuffisantes:
b) Des solutions désespérées:
2- Des marchés parallèles:
a) Le marché noir:
b) Le troc:
3- L’emprise de l’occupant sur l’économie:
a) Des réquisitions allemandes:
b) L’Etat et les réquisitions:
c) Les réquisitions de la Résistance:

Conclusion:

Introduction:

Les Alpes Maritimes furent particulièrement touchés parla seconde guerre mondiale en raison de leur situation frontalière et littorale et aux deux occupations successives qu’elles connurent (italienne puis allemande).
Nous avons décidé de traiter ce sujet du fait de son importance dans l’histoire de la seconde guerre mondiale.
Les souffrances de cette époque sont souvent oubliées par la nouvelle génération d’autant plus que les acteurs de cettepériode se font de plus en plus rares. Il ne faut pas oublier que nous bénéficions de la liberté grâce aux sacrifices des anciens.
Mais avant tout procédons à un rappel historique:
22 juin 1940, la France capitule face aux forces du troisième Reich. Elle se voit coupée en deux par la ligne de démarcation séparant la zone Sud de la zone Nord. Divers réseaux de résistance s’organisent dans la zonenord. Jean Moulin, qui s’était réfugié à Londres, est parachuté en France le 2 janvier 1942 en vue d’organiser la Résistance intérieure et de la placer sous les ordres du Général de Gaulle.
Le 11 novembre 1942, l’opération Atilla est déclenchée par l’Etat-major allemand. Cette opération vise à prendre la flotte de Toulon de vitesse avant que celle-ci soit sabordée par son équipage. Pour cela laHeer, appuyée par la Luftwaffe, franchis la ligne de démarcation. Grâce à l’opposition des forces françaises qui prirent place aux portes de Toulon, l’opération ambitieuse d’Hitler échoua.
La France est maintenant entièrement occupée. Les habitants de l’ancienne zone libre tentent tant bien que mal d’organiser la résistance avec l’aide d’anciens militaires ayant ralliés la France libre, à l’imaged’Honoré d’Estienne d’Orves qui fut l’un des premiers résistants à être fusillé par les nazis.
Nous réaliserons une approche historique et économique de la vie dans les Alpes Maritimes durant la seconde guerre mondiale.

I- Un sursaut de patriotisme:

1- Les origines de la résistance azuréenne:
La résistance azuréenne prend forme comme la plupart des autres réseaux de résistance françaispeu de temps après l’armistice, sous forme de tracts lycées contre Pétain et les nazis distribués à la sortie des lycées, des croix de lorraine peinte sur des murs ou des journaux clandestins : “Liberté” (décembre 1940), “Petites Ailes” (mai 1941), “Vérités” (juillet 1941), et enfin “Combat” (décembre 1941).
Suite au franchissement de la ligne de démarcation par les allemands les deuxprincipaux mouvements de résistances (les cheminots et les lycéens) décident de se réunir avec l’aide de Claude Bourder qui à pour mission d’organiser la résistance dans les alpes maritimes, il devient alors chef du MLN (mouvement de la libération de Nice).
Les lycéens s’occupent de la résistance « passive », distribution de journaux (qui sont d’ailleurs de plus en plus dur a publiés, ils sont obligéde les faire imprimer à Marseille avec l’aide des cheminots pour les acheminer), recrutement de jeune militants à la sortie des lycées voir même des actes symboliques, porter des croix de Lorraine émaillées (symbole de la France libre) dans les établissements scolaires.
(Voir « Croix de Lorraine » dans l’annexe)
Les cheminots s’occupent de faire passer du ravitaillement venant des...
tracking img