Les animaux malades de la peste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (292 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les animaux malades de la peste

Cette fable « Les animaux malades de la peste » illustre bien le principe de vraisemblance, caractéristique de l’esthétiqueclassique. On retrouve aussi les traits fondamentaux de la tragédie : la règle des trois unités (l’action du temps, le lieu dans le même espace et l’action sur unseul intrique unique) et la bienséance. Le fabuliste a contribué aux animaux à chacun des traits de caractère, de la parole et de la psychologique comme des humainsqui sont conforme dans leurs agissements et les sentiments par rapport à leur rang. Les animaux ne sont pas allégories du vice ou de la vertu. La Fontaine maintientjusqu’à la fin l’unité psychologique. Enfin, la fable de La fontaine se conclut par une morale universelle.

La peste ravage le pays des animaux. Cette maladiequi représente les sentiments de culpabilité. Pour éloigner ce fléau « mal que le ciel en sa fureur / Inventa pour punir les crimes de la terre » (v.2-3), le Lion,leur roi « Sire » (v.34), propose de trouver un bouc émissaire à sacrifier aux dieux et avoue ses propres crimes. Le roi est bien vite excusé par le Renard, unflatteur «vous êtes trop bon Roi » (v.34), qui minimise ses fautes et celles des puissants. L’Âne, pour sa part, avoue naïvement une peccadille d’avoir manger de«l’herbe tendre » (v.51) de ce « pré de moines »  (v.50) dont on fera un « crime abominable » (v.60). Il est jugé et condamné « un cas pendable » (v.59), que lasituation sociale de l’accusé influe sur le jugement «rendront blanc ou noir » (v.64) que l’on porte sur ses actes « Selon que vous serez puissant ou misérable » (v.63).
tracking img