Les conte de perrault

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1799 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le petit poucet, Peau d'âne, Barbe bleue, Le chat botté, Riquet à la houppe... Tous sont des contes écrits par Charles Perrault au XVIIème siècle. Le conte appartient au genre de l’apologue, genre qui remonte à l’antiquité gréco-latine avec Esope, Phèdre (environ 15-50 avant J-C). C'est un récit plaisant qui propose une morale implicite ou explicite. Les œuvres contenant une morale sont trèscourante dans la littérature classique, cela devient un phénomène de mode. C'est pourquoi nous nous questionnerons sur les morales que font apparaître le conte du XVIIème siècle, les contraintes sociales révélées, et la part de liberté individuelle s'il en existe une. Dans une première partie nous verrons les finalités morales de la littérature du siècle en question, ensuite nous nous interrogeronssur les contraintes sociales de la femme mises en évidence, et enfin nous analyserons la part de liberté individuelle.


-1-

Tout d’abord, il convient de noter la façon dont les moralités sont présentées dans le texte. Ainsi nous pourrons orienter notre réflexion sur leurs finalités.
Dans certains contes les moralités sont clairement détachées du récit. C’est le cas dans les contes de MaMère l’Oyé. On les repère par l’indication « Moralité » à la fin du récit.
Comme dit précédemment dans les récits de Ma Mère l’Oye de Charles Perrault les morales sont situé à la fin conte et sont écrites en vers tantôt croisé ou embrassé ils peuvent tout aussi bien être suivies ils sont majoritairement en alexandrins ou en octosyllabes.
Alors que dans les contes de Perrault tel Cendrillon, lePetit Chaperon Rouge ou La Belle au bois dormant ont leur moral en dehors du récit, d’autre auteurs intègre les morales a leurs récits qu’on repère au changement de ton. On retrouve ce système plus particulièrement chez La Fontaine.
Enfin on peut noter que les contes offrent des schémas très variés en ce qui concerne les moralités. Ainsi certains récits n’en présentent qu’une seule comme Peaud’Âne, le Petit Chaperon Rouge qui font partie des contes aux morales explicite se trouvant à la fin de l’histoire. D’autres nous font part de deux moralités ce qu’on retrouve surtout chez La Fontaine, avec Le chien et le Loup, par exemple.

-2-

On constate aussi que la longueur des moralités est aléatoire, allant de quelques vers comme pour Le Petit Poucet à des moralités de plusieurs strophescomme c’est le cas pour Peau Âne, qui nous offre une moralité « à tiroirs » : « Qu’un[…] / Qu’il [..] / Que […] / Que […] / Que »
Ainsi nous venons d’observer que les moralités apparaissent de façon très aléatoire, courtes ou longue, explicite ou implicite, seule ou multiple… Cela dit elles ont toute la même fonction, elles amènent le lecteur à réfléchir et pourquoi pas les à approuver lesmoralités. Cet ainsi que nous avons pu constater que les moralités du XVIIème siècle reflètent ce qu’on attend de la femme.
En effet la femme a un rôle très particulier dans la société du XVIIème siècle. On lui inculquait les principes moraux, les valeurs, les normes, plus ou moins imposés selon le milieu social. On cherchait à faire de la jeune fille, un femme accomplie et bonne chrétienne. Onentend par femme accomplie essentiellement deux choses : bonne mère, et bonne maîtresse domestique. Ces deux fonctions à l‘âge moderne, sont les seules valorisantes et acceptées.
Effectivement la femme savante est ridicule, de part le faite d’occuper un statut d’homme. La mixité des rôles dérange.
En plus d’être une femme accomplie la jeune fille doit apprendre la piété « joyeuse » et « mesurée » cequi revient a être la femme idéale.

-3-
A cette époque, il existe deux éducations: la première est une éducation religieuse et morale. Elle permettra à la femme d’élever ces enfants dans l’éducation chrétienne, la deuxième réservé exclusivement à la célibataire ou religieuse jusqu’au milieux de XXème siècle, consiste a scolarisé la femme afin qu’elle deviennent enseignante. Ainsi...
tracking img