Les femmes au g.o.d.f.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1379 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Compagnons,

L'article intitulé : « Ça devenait intenable » publié dans le ML n° 1592 et signé J.M.R. (Jean-Marc RAYNAUD ?) comporte, en peu de mots, trop d'inexactitudes et de propos désobligeants pour ne pas être relevé. Je vous laisse juges de l'intérêt pour les lecteurs du ML de la teneur de tout ou partie de la « mise au point » suivante :

Non, ce n'est pas intenable

Ce n'est pasune BONNE MOITIE des 50000 Frères du GODF qui étaient favorables à l'initiation des femmes, mais une PETITE MOITIE, si l'on veut faire référence à la moitié. Et ce n'est pas la même chose. En effet, tous les votes intervenus ont toujours été défavorables à cette proposition. Je passe sur les guillemets devant les frères et les soeurs, et je dis que l'affirmation selon laquelle : « Il n'aura falluque 237 ans au GODF pour admettre que la moitié féminine du genre humain pouvait avoir une âme maçonnique » est dénuée de sens et fausse.

Dans ce vieux débat sur la mixité du Grand Orient de France, certains tiennent finalement pour acquis l’inéluctabilité de l’initiation de femmes dans nos Loges. Ce faisant, ils évacuent les raisons profondes et anciennes de ce conflit fratricide et pour lemoins étonnant chez des hommes - nos Frères - pour qui l’égalité absolue de tous les êtres humains entre eux, par delà les races, les origines ou le sexe, est à la base de leur engagement maçonnique. Car c’est bien la seule question qui mérite d’être posée dans cette affaire : pourquoi des Frères qui partagent ainsi des valeurs fondamentales, se déchirent-ils sur un sujet qui peut, pour unobservateur profane des mœurs maçonniques, paraître à juste titre totalement incongru et anachronique ? Cette question n’est en effet jamais posée et la réponse simplificatrice des tenants de la mixité, « surfant » sur la « modernité » de leur position, alimente un discours amusé pour ne pas dire indigné dans le public qui ne voit dans la Franc-Maçonnerie qu’un repaire d’affairistes ou, au mieux, deconservateurs frileux. Il semble important de poser publiquement cette question et d’y apporter une réponse. Elle est celle de Frères qui ont placé la démarche initiatique au cœur de leur vie maçonnique et tient dans une dimension de la Franc-Maçonnerie totalement occultée dans ce débat : ce qui fait la spécificité fondamentale de la Franc-Maçonnerie et qui en fait un rassemblement d’hommes et defemmes radicalement différent de toute autre association profane, c’est sa dimension initiatique. La Franc-Maçonnerie n’est pas un parti politique, ni un syndicat, ni une association militante ! La Franc-Maçonnerie est une société initiatique qui place au cœur de sa réflexion la symbolique de l’initiation. C’est une école de vie qui offre à tout Frère, à toute Sœur la possibilité d’accéder à unephilosophie de l’existence. En ce sens, elle s’inscrit dans une filiation qui remonte aux écoles philosophiques antiques, et relève d’une tradition qui la place en retrait de la société et de ses certitudes temporaires. Chaque Frère, chaque Sœur peut, s’il (ou elle) le souhaite, agir dans le monde profane - et ils sont nombreux à le faire -, mais la Franc-Maçonnerie, en tant que société initiatiquene peut que rappeler les valeurs universelles qu’elle défend, sans s’impliquer dans des affrontements qui ne la concernent pas . Elle ne doit pas se considérer comme un « lobby », comme un groupe de pression qui essaierait de « faire passer », par les appuis dont elle dispose, des lois qui viseraient à faire évoluer la société dans un sens « progressiste ». Car nous sommes au cœur du sujet :beaucoup de nos Frères sont nostalgiques d’une Franc-Maçonnerie « 3ème République », représentation pour une large part mythique, et qui s’enracine dans l’article premier de la Constitution du Grand Orient de France qui évoque la nécessité pour tout Franc-Maçon d’améliorer à la fois l’homme et la société. On peut, comme ils le font, considérer cette proposition de foi progressiste comme la vérité...
tracking img