Les figures rethoriques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5182 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
FIGURES DE RHETORIQUE ET PROCEDES LITTERAIRES

La rhétorique est l'art de présenter les idées de la façon la plus persuasive par
|1. |l'invention: recherche des idées |
|2. |la disposition: le plan, l'organisation |
|3. |l'élocution: le recours aux images, figures, effets de style|
|4. |l'action: diction, intonation et gestes... |
|5. |une cinquième partie est la "mémoire". |
| | |

I. LES FIGURES DE L'ANALOGIE

Les IMAGES: terme générique englobant comparaisons et métaphores. On distingue :- le cliché: changer son fusil d'épaule, la neige recouvre la terre d'un blanc manteau...
- l'image réveillée: l'ensoleillement de sa voix dorée (voix dorée=cliché)
- l'image neuve: Soleil cou coupé... d'Apollinaire.
La COMPARAISON: elle rapproche deux éléments comportant une caractéristique commune, une analogie (le terme comparé et le terme comparant), à l'aide d'un mot comparatif (comme,pareil à, semblable à, il semble etc.).
Ex. : Son regard est pareil au regard des statues ... Paul Verlaine
La MÉTAPHORE : c'est une comparaison sans terme comparatif, la forme la plus condensée d'image. Cette assimilation directe du comparé et du comparant peut créer des images surprenantes et d'une grande densité.
Ex. : "Ma soif est un esclave nu... " Paul Valéry
terme comparé = " ma soif",terme comparant = " un esclave nu ".
Il arrive que le terme comparé soit absent. En ce cas, le message poétique semble plus énigmatique.
Ex. : Ce toit tranquille, où marchent les colombes,/ Entre les pins palpite, entre les tombes... Paul Valéry ("toit tranquille" = la mer, terme comparé implicite; " colombes " = les voiles des bateaux, terme comparé implicite)
L'ALLÉGORIE : elle consiste àreprésenter de façon imagée, en la matérialisant, une idée abstraite.
C'est une image littéraire dont le phore (comparant) est appliqué au thème (sujet comparé) non globalement comme dans la métaphore, mais élément par élément ou du moins avec une personnification.
Ex. : Mon beau navire ô ma mémoire / Avons-nous assez navigué / Dans une onde mauvaise à boire / Avons-nous assez divagué / De la belleaube au triste soir ... Guillaume Apollinaire
Ici la mémoire est matérialisée par l'image du navire à la dérive.
La rêverie... une jeune femme merveilleuse, imprévisible, tendre, énigmatique, à qui je ne demande jamais compte de ses fugues... André Breton
La PERSONNIFICATION: cette figure consiste à évoquer un objet ou une idée sous les traits d'un être humain.
Ex. : Le soleil aussi attendaitChloé, mais lui pouvait s'amuser à faire des ombres. Boris Vian
Le SYMBOLE: Expression indirecte au moyen d'un récit, fable, d'images qui suggèrent ce qu'on veut exprimer. On distingue le sens littéral du sens symbolique. Le symbole est un système de métaphores suivies.
Ex. L'albatros de Baudelaire, le pélican de "La nuit de mai" de Musset

II. LES FIGURES DE LA SUBSTITUTION

La MÉTONYMIE(échange de noms): elle remplace un terme par un autre qui est lié au premier par un rapport logique. Les deux éléments appartiennent au même ensemble, sont liés par un rapport de contiguïté. . Elle peut substituer :
-le contenant au contenu (ex. boire un verre),
-l'effet à la cause (ex. Socrate a bu la mort = le poison qui l'a tué),
-le symbole à la chose (ex. les lauriers = la gloire),
-l'objet àl'utilisateur (ex. le premier violon = le premier violoniste),
-l'auteur à son oeuvre (ex. lire un Zola), etc.
La SYNECDOQUE (inclusion): c'est une variété de métonymie; c'est un trope permettant de désigner quelque chose par un terme dont le sens inclut celui du terme propre. Elle permet d'exprimer un tout par une de ses parties, un objet par sa matière, et vice-versa.
Ex. : Ni les voiles...
tracking img