Les Fleures Du Mal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (631 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
La partie des Fleurs du Mal que Baudelaire consacre aux femmes est située dans la section Spleen et Idéal et est habituellement décomposée en plusieurs cycles, bien qu’on trouve des poèmes sur lesfemmes depuis Tableaux Parisiens jusqu’à la Mort.
-Les poèmes xxii (parfum exotique) à xxxix constituent le cycle de Jeanne Duval, même si deux de ces poèmes ont été attribués à une prostituéesurnommée « Sara la louchette » : le xxxii « Une nuit que j’étais près d'une affreuse Juive... » et le xxv « Tu mettrais l’univers entier dans ta ruelle/Femme impure !... » Elle était figurante dans un petitthéâtre et on pense qu’elle s’appelait en réalité Jeanne Lemer, mais elle aurait changé de nom à plusieurs reprises pour fuir ses créanciers : on sait par exemple qu’elle avait pris en 1864 celui de« Mlle Prosper ». Au physique, elle avait une démarche triomphale, des cheveux noirs éclatants, de grands yeux bruns, des lèvres sensuelles, et ce que Baudelaire appelait des« seins aigus ». Decaractère, elle aurait été sournoise, menteuse, débauchée, dépensière, alcoolique, ignorante et stupide... portrait peu flatteur, en vérité. Mais il est vrai qu’il recommande des femmes bêtes aux jeuneslittérateurs car, selon lui, « la bêtise est toujours la conservation de la Beauté, elle éloigne les rides ; c’est un cosmétique divin qui préserve nos idoles des morsures que la pensée garde pour nous,vilains savants que nous sommes ! » Sa liaison avec le poète fut sans cesse rompue et renouée.
-Les poèmes xl (Semper Eadem) à XLVIII consacrent le cycle de Mme Apollonie Sabatier, surnommée « LaPrésidente ». Aussitôt écrits, la plupart des poèmes qui lui étaient adressés lui ont été envoyés anonymement : À celle qui est trop gaie fut reçu le 10 décembre 1852. Elle avait 30 ans, et à deux jours prèsun an de moins que Baudelaire. Richement entretenue par le fils d’un banquier, elle recevait chez elle (place Pigalle) de nombreuses compagnies d’artistes et d’écrivains. Tous ceux qui l’ont...
tracking img