Les footballeurs peuvent ils parler politique?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1233 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Quand les footballeurs parlent politique

Marouane Chamakh, Lilian Thuram ou encore Nicolas Seube, autant de footballeur bien connus s’engageant ouvertement en politique, chacun à leur échelle, fort de leur popularité pourtant bien distincte du monde politique. Quel rôle tiennent alors ces hommes dans les campagnes pré-élection et dans la vie politique ? De la simple mascotte au réelengagement… Le Courant enquête !

*
Le football peut avoir un effet salvateur pour les différents régimes politiques, Jacques Chirac a pu en goûter les effets positifs alors que son successeur, Nicolas Sarkozy, n’a pas profité de cet état de grâce suite aux campagnes désastreuses de l’Euro 2008 et la Coupe du monde 2010.

Bien que parfaitement inculte en football et peu renseigné sur les joueurs del’équipe nationale, en 1998 (la preuve en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=m98VJNtDD4Y), le président du Chirac a su surfer sur la vague d’enthousiasme qui a accompagné la victoire mondiale de l’équipe de France, inviter les joueurs à quelques cocktails et a vu logiquement sa côte de popularité gagner une dizaine de point dans les sondages. De cette expérience, de nombreux hommes politiquesentreprenants ont su ou au moins voulu retirer des enseignements et les joueurs de football se sont alors plus ou moins vus intégrés à un monde politique qui leur était auparavant étranger. Les intégrations de ces « politico-footeux » à ce monde hermétique où les tacles sont souvent plus rudes que sur une pelouse et où les arbitres se font rares se sont donc déroulées de manière diverse.
Une mascottehumaine
Bien souvent privé d’une éducation scolaire très poussée puisque happé dès leurs 15 printemps par les centres de formation, une majorité des joueurs professionnels de football n’a pas suivi d’études longues ou acquis un socle de réflexion suffisamment important pour prendre réellement du poids dans un débat public. Dès lors, s’intégrer en politique est pour ces hommes missions impossibleet leur principal atout est leur image qu’ils savent, par contre, extrêmement bien vendre. Parmi eux, Marouane Chamakh, ex-buteur vedette des Girondins de Bordeaux, désormais à Arsenal, a soutenu la candidature de Jean Lasalle, figurant sur la liste Forces-Aquitaine en Février 2010. Placé en 13ème position de cette liste, le jeune marocain ne pouvait en aucun cas être éligible et avait bien unrôle secondaire bien qu’il soit particulièrement placé sous les projecteurs par Lassalle. La conférence de presse du 11 Février prouve le peu de profondeur de l’engagement du joueur en politique : « Bien sûr, j’aurais pu me retrouver sur la liste des deux autres candidats […] Je ne pense pas être instrumentalisé, j’ai des opinions. Y en a que ça peut faire sourire, mais c’est un engagement qui metient à cœur ». La politique oui, peu importe le parti. Une proposition concrète ? « Non pas du tout ! » Un avis sur le programme? « Pour tout ce qui est programme, c’est Jean qui va vous le dévoiler ».
Pas de profondeur ou de réflexion donc, mais une image à vendre comme la plupart des joueurs de football s’avançant sur la pente savonneuse de la médiatisation politique. D’autres sont un peu plusréfléchis, bien que ne prétendant pas non plus en faire leur métier mais agissant ponctuellement.

Une conscience politique lambda mais une image bien utile.
Il y a une petite semaine, le footballeur Nicolas Seube, milieu défensif du Stade Malherbe de Caen, accordait une interview au site football365, y déclarant texto : « Je vote à gauche ». Agé de 31 ans, le joueur est bien conscient de sespropres limites dans le domaine politique et l’admet volontiers quand on l’interroge quant au gouvernement : « Je ne suis pas au courant de tout et c'est très compliqué de s'exprimer sur ce sujet. Il y a des idées dans lesquelles je me retrouve et d'autres pas du tout. Mais comme à gauche, j'ai l'impression que personne n'a la solution pour gérer les soucis de la société… C'est ça qui...
tracking img