Les hommes de la renaissance

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1972 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LES HOMMES DE LA RENAISSANCE

INTRO:
Dans l'Europe des xve et xvie siècles, une nouvelle vision de l'homme et du monde émerge dans les milieux intellectuels et religieux. Les hommes qui sont à l'origine de ce mouvement sont paradoxalement d'une certaine manière passéistes : selon eux, le Moyen Âge s'est détourné du message chrétien des origines et des idées de l'Antiquité gréco-romaine(redécouvertes avec la reconquête de l'Espagne musulmane par les rois catholiques). Ils veulent des traductions plus exactes de la Bible et des textes fondamentaux, et développent un nouvel esprit scientifique et technique pour y parvenir.
Ils sont intéressés par l'étude de l'homme, de son rapport à Dieu, de sa place et son action sur le monde. Par leur réflexion, ils contribuent à l'entrée de l'Occidentdans la modernité.
Nous traiterons dans un premier temps , la réforme protestante et ses réformateurs : un nouveau regard sur la religion , dans un deuxième et dernier temps , Des idées diffusées dans toute l'Europe grâce aux éditeurs et aux artistes . La première partie comprendra premièrement , un climat religieux favorable: le développement d'une volonté de retour aux sources duchristianisme , deuxièmement Les fondateurs de la réforme protestante à l'origine de la division religieuse et institutionnelle de la chrétienté occidentale , dernièrement , Une Europe divisée par la question religieuse . La deuxième partie quand à elle , portera sur premièrement Les humanistes, un nouvel idéal, des hommes partagés entre le passé et le futur, la modernité , deuxièmement sur La diffusion desidées humanistes : le rôle des éditeurs et pour finir , Les artistes de la Renaissance, un nouveau regard sur l'homme et sur le monde .

I ))))
A
• La pensée des humanistes et des réformateurs s'est développée durant une période où les croyants semblaient vouloir changer leurs rapports avec la religion et la divinité.
• La religion médiévale était une religion communautaire : dans l'espritpopulaire, les saints protecteurs servaient de médiateurs (intercesseurs) auprès de Dieu pour répondre aux besoins d'une famille, d'une corporation… L'individu passait au second plan derrière le groupe.
• Le xive siècle est très marqué par les crises : grandes épidémies (peste de 1348), guerre de Cent Ans… C'est une période d'inquiétude religieuse où la crainte de la mort et de la damnation sedéveloppe. Les croyants veulent sauver leur âme : un rapport plus individuel, plus personnel avec la divinité (toujours teinté de superstition) prend le pas sur la religion communautaire.
• Cette situation a des conséquences : l'invention du purgatoire, une augmentation des dévotions (prières, dons aux églises et aux monastères…), de l'achat des indulgences (pour la rémission des péchés) et despèlerinages. Dans ce contexte, les dons faits à l'Église catholique se multiplient. Les fidèles, analphabètes pour la plupart, dépendent totalement du prêtre pour connaître les textes sacrés. Ce dernier dit la messe en latin qui n'est plus compris par la majorité.
• Cette situation ne convient pas à certains catholiques qui veulent un retour au christianisme des origines, à l'idéal de pauvreté duChrist, à un rapport plus simple et plus direct avec la divinité.
• Les humanistes comme Érasme veulent plus d'honnêteté, de rigueur et moins d'abus dans le clergé catholique. Ils réclament :
• une simplification des Évangiles (à traduire dans une langue vernaculaire : courante) ;
• une simplification du culte (prières en langue courante et non en latin, moins de saints intercesseurs…) ;
• et unelecture individuelle des textes sacrés (ce qui obligerait les fidèles à savoir lire).
• Ces hommes ne veulent pas de rupture avec l'Église catholique : ils cherchent seulement à l'améliorer pour une meilleure évangélisation des populations.
• Cependant, avec leurs propositions, le clergé perdrait de son pouvoir sur la population : il ne serait plus là que pour expliquer les textes sacrés....
tracking img