Les indes noires

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1037 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation de français : Jules Vernes, Les indes noires.

Sujet n°1: La dimension narrative

Vous croyez avoir la réponse à vos anticipations?
Au contraire, Jules Vernes n'a pas fini de s'amuser avec votre patience. Le style d'écriture et la manière toute particulière qu'il adopte afin d'étoffer la trame de son oeuvre, Les indes noires, prouve qu'il prend un malin plaisir à vous promeneravec toutes sortes d’attentes brisées, de rebondissements, ayant pour but de maintenir un suspense alléchant jusqu'à la dernière page de son récit.
Dans son roman, l'auteur joue avec les lecteurs, en faisant usage d'un style narratif pour le moins étrange. L'intrigue, qui repose sur la cohabitation difficile de notre passé, enfermée dans les entrailles de la terre et de la survivance des mytheset des croyances qui découlent de nos ancêtres, avec lesquels il renforce la dimension fantastique de son récit, s'associe extrêmement bien avec un ensemble narré de manière décousue. Cette narration donne l'impression de ne suivre aucun file conducteur, ou du moins, elle laisse le lecteur s'interroger sur les phénomènes anormaux tout en cassant les élucubrations auxquelles il aurait pu penser.L'incohérence de son style est-elle mise en place uniquement pour capter l'attention du lecteur tout particulièrement lors de sa première publication, ou est-elle utilisée à des fins purement perfides, afin de laisser le lecteur s'immiscer dans l'erreur et de briser un certain rythme littéraire au quel il s'attend?



l'écosse a toujours été une seconde patrie pour Verne

En effet, pourdécrire le cadre du pays où l'action se passe, Verne n'a qu'à puiser dans sa "relation de voyage" qu'il pense ne jamais publier (il
L'Écosse a toujours été une seconde patrie pour Verne, impression sans doute due à l'ascendance maternelle
Les Anglais sont fiers de leurs houillères. Ils les ont appelées les "Indes noires", Black Indies, pour montrer toute l'importance qu'ils attachent à cetteexploitation.

L’intrigue du roman repose, tout comme dans Le Château des Carpathes
(publié plus tard) sur la cohabitation difficile en un lieu précis des temps modernes face à la
survivance de mythes et croyances issus du fonds des âges et que l’enfermement dans les
entrailles de la terre ne fait que renforcer.

Le lieu et la période retenus participent activement
de cette dialectique. C’estaussi la condition du mineur dans l’Écosse de la houille qui retient
l’attention de Jules Verne. L’aventure humaine et initiatique qui en résulte, et décrite une fois
de plus avec la rhétorique habituelle de Jules Verne, donne à ce roman une saveur particulière,

ce roman témoigne de la cohabitation dans un espace précis (l’Écosse de la houille)
du développement des progrès scientifiques ettechniques face à la survivance de nombreuses
croyances et mythes issus du fond des âges. Dans le chapitre 6, intitulé « Quelques
phénomènes inexpliqués », les pages 61, 62 et 63 introduisent le rôle des mythes et
superstitions locales dans l’interprétation de faits qui pourraient être considérés a priori
comme surnaturels… La dialectique de la science et de l’imaginaire est donc aussi au coeurdes Indes noires. Le site est d’ailleurs propice aux mythes et légendes : n’est-il pas un
meilleur endroit que l’intérieur de la terre pour mettre en scène (de manière directe ou
allusive) des entités chtoniennes… ? D’ailleurs, la situation géographique des lieux est elle
aussi propice à ces croyances. Rien de tel que les châteaux d’Écosse (forcément hantés) pour
rappeler aux

D’autreséléments permettent à ces mythes et légendes de perdurer dans les entrailles de
la terre : les chansons de Jack Ryan véhiculent à leur manière ces différentes superstitions, la
crédulité des gens, la monotonie et le caractère répétitif de leur travail ne permettent guère
d’appréhender les événement sous un autre angle. La simplicité est de rigueur, même dans les
raisonnements :

L’ignorance,...
tracking img