Les jardins arabo-andalous

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1625 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les jardins arabo-andalous

Jardins d'Al Andalus

O gens d'Al-Andalus ! Vous êtes bénis de Dieu
Avec votre eau, votre ombre, vos rivières et vos arbres
Le jardin du paradis n'existe que dans vos demeures
Et si je devais choisir, je me contenterais de celui-ci.
Ne croyez pas que vous entrerez demain dans le feu éternel
on n'entre pas en enfer après avoir vécu le paradis .

Dansces vers, le poète andalou Ibn Jaya, plus connu par son surnom, Le Jardinier, compare l'Espagne musulmane au jardin du paradis et il nous donne envie d’en savoir plus sur ces merveilles.

Les princes et rois d'Al-Andalus, toutes époques confondues, ont accordé une large place au jardin lors de la fondation des cités et des ensembles palatiaux tels que Cordoue, Grenade ou encore Séville.Royaumes chrétiens face à la conquête almohade en 1210

Première partie :
Les grands palais du temps d’Al-Andaluz

Cordoue


La Madinat al-Zahra ou médina Azahara (Arabe: مدينة الزهراء) était une cité califale située à Cordoue construite à partir de 936 par les Omeyyades d'Espagne sous le règne de Abd Al-Rahman III en honneur à sa favorite prénommée Zahra (fleur).
Des trois terrassess’étendant au pied de la sierra Morena, des fontaines de mercure et des marbres sertis de rubis et de perles, il ne reste aujourd’hui qu’un vaste espace de ruines. Entièrement détruite et pillée lors d'une invasion de Berbères en 1010 due à une fitna (Fitna (arabe : فتنة) est un mot arabe se référant à la guerre civile, au désaccord et aux divisions à l'intérieur de l'Islam, en particulier pour lespériodes comprenant des épreuves de foi. Le mot peut être traduit par « révolte, sédition ou émeute »), cette ancienne ville-palais est aujourd'hui un site archéologique en cours de restauration.




Grenade

L’Alhambra, de l’arabe « la rouge » du fait de ces murs qui prennent cette teinte le soir, est située sur la colline de la Sabika, qui domine la plaine et la ville de Grenade. L'originede l'Alhambra remonte à 1238 avec l'entrée à Grenade du premier souverain nasride, Mohammed ben Nazar. Son fils Mohammed II la fortifia. Chaque souverain reprenait le palais de son prédécesseur et en édifiait de nouvelles parties, le modifiant à sa guise : on parle donc de palais Nasrides, au pluriel, pour cet ensemble.



A quelques centaines de mètres à l’est de l’Alhambra se trouve leGénéralife qui est le palais d'été des princes nasrides. D'un raffinement extrême, il permet de prendre ombrage et rafraîchissement sur le bord des bassins d'eau dénivelant, par captation des sources dans les montagnes de la Sierra Nevada, situées au loin. Son étymologie arabe est « Le Paradis (ou le Jardin) de l’architecte ».


Séville

L’Alcazar de Séville est un palais fortifié construit parles Omeyyades d'Espagne à partir de 844 sous le règne de l'émir Abd al-Rahman II. Ce monument fut modifié à plusieurs reprises durant la période musulmane, notamment sous les Almohades.



On ne peut parler de l'Alcazar de Séville sans parler de ses jardins, dans lesquels grâce au climat méditerranéen (étés chauds et secs, hivers doux) s'épanouissent des plantes magnifiques et rares. Il y aaussi de très nombreuses fleurs de toutes les couleurs. Les mystères du labyrinthe végétale peuvent attirer le visiteur... mais attention à ne pas s’y perdre ! Nous sommes charmés par la senteur des fleurs d'oranger, du jasmin et de la glycine qui envahit Séville ainsi que le ruissellement de l'eau et du silence. Ces jardins représentent le paradis sur terre.


Aujourd'hui encore ces Alcazarsroyaux accueillent la famille royale espagnole lors de ses séjours. La paix et la sérénité qui y règnent sont très appréciées.

Seconde partie :
Les jardins arabo-andalous des Alcazars

Agronomes et agriculteurs passionnés, les Arabes étaient porteurs d'un savoir encyclopédique et ont été en même temps passionnés par l'observation et l'étude de la nature.
Grâce à de savants systèmes...