Les jeunes et emploi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2813 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les jeunes sur le marché du travail
il ne fait pas toujours bon d’être jeune sur le marché de l’emploi. Ces nouvelles recrues, fraîchement débarquées du système éducatif, sont les premières à subir les revers de conjoncture économique et les modifications des normes de l’emploi.
Les jeunes occupent une position particulière sur le marché du travail par rapport aux autres actifs : taux dechômage élevé, forte proportion d’emplois de courte durée, phénomènes de « déclassement », salaires faibles à diplôme équivalent. On attribue généralement ces caractéristiques à la spécificité de la phase de primo-insertion sur le marché du travail. Mais une grande partie d’entre elles s’explique en réalité par le fait que, de par leur position d’entrants, les jeunes sont placés au cœur des tensionsconjoncturelles et des mutations structurelles du marché du travail.
Analyser l’insertion professionnelle
L’analyse économique de l’emploi des jeunes s’appuie généralement sur la notion de « processus d’insertion », entendu comme succession d’étapes au terme de laquelle les individus ne doivent théoriquement plus être distinguables les uns des autres. La plupart du temps, la dynamiqued’insertion est analysée comme l’ajustement entre la productivité des jeunes et le coût de leur travail. A la sortie du système scolaire, les jeunes rencontrent des difficultés tant qu’ils n’ont pas acquis les compétences leur permettant d’aligner leur productivité sur leur taux de salaire, soumis aux minimums légaux et conventionnels. La plupart des mesures de la politique de l’emploi à destination desjeunes se sont appuyées sur cette conception et ont proposé des formes d’emploi destinées à accélérer l’insertion des individus en abaissant le coût de leur travail en contrepartie d’une formation et/ou d’une expérience professionnelle.
Cependant, l’analyse de l’emploi des jeunes ne saurait se limiter au seul « processus d’insertion ». D’autres dimensions sont à prendre en compte, en particulierles effets de période liés au cycle économique et les effets de génération liés aux transformations des normes d’emploi. Ces différents facteurs se combinant étroitement, ils sont difficilement isolables.
L’influence déterminante de la conjoncture
La variabilité conjoncturelle de l’emploi est fortement déterminée par l’ancienneté sur le marché du travail (1). L’influence de la conjonctureest considérable pour les jeunes dotés de moins d’une année d’ancienneté. Elle décroît ensuite rapidement, pour devenir relativement faible à partir d’environ cinq ans d’ancienneté. Une représentation graphique met clairement en évidence que les chances d’avoir un emploi augmentent rapidement avec l’ancienneté sur le marché du travail et qu’elles se stabilisent ensuite. Une articulation claires’établit entre le cycle économique et les trajectoires d’insertion professionnelle.
Prenons l’exemple de deux cohortes de sortants du système scolaire (voir graphique p. 80). La cohorte 1982 entre sur le marché du travail pendant une période de mauvaise conjoncture. Son taux d’emploi est donc très bas en début de trajectoire (47 %). Par contre, elle bénéficie de la période de forte croissante de la findes années 1980, qui fait croître très rapidement son taux d’emploi et le porte à près de 80 % au bout de sept ans d’ancienneté sur le marché du travail, soit davantage que les six cohortes précédentes pourtant entrées sur le marché du travail à un moment plus favorable. Le taux d’emploi des sortants de 1982 plafonne ensuite à ce niveau pendant trois ans avant de reculer légèrement avec leretournement de conjoncture.
La cohorte 1989 entre sur le marché du travail à un moment très favorable. Son taux d’emploi de départ est en conséquence assez élevé (56 %). Mais sa progression est ensuite nettement moins rapide en raison de la dégradation de la conjoncture au début des années 1990. C’est en creux de cycle que la cohorte atteint cinq ans d’ancienneté sur le marché du travail et...
tracking img