Les justes d'albert camus mis en scène par stanislas nordey

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1060 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les justes d'Albert Camus
mis en scène
par Stanislas Nordey

Introduction

Albert Camus est né le 7 novembre 1913 à Mondavi en Algérie française et mort le 4 janvier 1960 à Villeblevin dans l'Yonne, il est un écrivain, dramaturge, essayiste et philosophe français. Il fut aussi un journaliste militant engagé dans la Résistance et dans les combats moraux del'après-guerre.
Les justes est une pièce de théâtre en 5 actes écrite par Albert Camus. Elle fut représentée pour la première fois au Théâtre Hébertot le 15 décembre 1949 dans une mise en scène de Paul Oettly. Cette pièce de théâtre est une réponse au livre les mains sales de Jean-Paul Sartre situant un groupe de révolutionnaires socialistes cherchant à éliminer un traitre du Parti. Comme le dit Camuslui-même, son texte est inspiré d'événements historiques réels ayant eu lieu en 1905.
Écrite par Camus en 1949, au lendemain de la guerre et de Hiroshima, la pièce « Les Justes » consiste en une protestation contre la barbarie. Il est important de préciser que l’expression « Justes » n’existe que depuis les années 1950, et désigne depuis lors les hommes et les femmes non juifs qui, pendant la dernièreguerre, au péril de leur vie, on eut le courage de secourir des personnes en danger, en les cachant ou en les aidant à fuir. En 1949, lorsque Camus publie son roman, l’expression « Justes » n’existant pas encore. Dans son roman « les Justes », Camus présentes les Justes comme des terroristes de la trempe des Brigades rouges. Ces individus sont animés par un réel idéal politique et prêts à sacrifierleurs vies en son nom.

Résumé de la pièce

L’action se passe en Russie au début du XX° siècle. Le Parti Socialiste Révolutionnaire a décidé d’exécuter à la bombe le grand-duc Serge pour hâter la libération du peuple russe. Trois terroristes
Annenkov, Stepan, Dora, Kaliayev et Voinov sont les principaux personnages du pièce ils essaient d’exécuter leur plan afin de tuer le grand-duc quiest -pour eux- le symbole de la tyrannie et de la terreur, le plan c’est de jeter une bombe conçue par Dora sur la calèche du grand-duc. Tout est prêt, Kaliayev à pour mission de jeter le premier la bombe puis Voinov jettera la deuxième, les deux révolutionnaires regagnent leurs places afin d’exécuter le plan, la calèche passe , pas d’explosion, tous le monde pense que kaliayev était appréhendé,après un peu de temps Kaliayev retourne pour raconter qu’il n’as pas pu jeter la bombe puisque le grand-duc était accompagner par sa femme et deux enfants, les membres du groupe ont compris le point de vu de Kaliayev sauf Stepan qui le critique d’une manière sévère.
Après quelques jours le groupe refait le plan, mais cette fois avec succès, Kaliayev a pu lancer la bombe sur la calèche et tuer leGrand-Duc.
Même après son arrestation, Kaliayev n’as pas trahi ses amis, jusqu’à qu'il meurt pendu.

Problématique:

En quoi Stanislas Nordey donne-t-il aux «Justes» de Camus une portée actuelle sur les problèmes du terrorisme et de la légitimité du meurtre ?

I/Plan:

I/ La frontalité entre les comédiens et le publique

a) La mise en scène

Stanislas Nordey respecte le texted'Albert Camus en mettant en scène dans sa pièce le peu d'indications scéniques de lieu et temporalités qui sont indiqué dans l'œuvre. Par exemple au début de l'acte I : L'appartement des terroristes. Le matin.
Le jeu des acteurs est rigide, ils ne se regardent jamais, à part dans l'acte III, page 88, réplique de Kaliayev: « Oui, c'est là notre part, l'amour est impossible. Mais je tuerais le grand-duc,et il y aura alors une paix, pour toi comme pour moi.»
Les lumières sont toujours dirigé vers le personnage ou les personnages qui parlent, les autres sont dans l'ombre.
Il y a aucune interaction avec le publique, dans sa mise en scène la présence du quatrième mur est bien là, sans qu'aucun personnage ne trouble cette illusion.

b) La tension dramatique de la pièce
La pièce repose...
tracking img