Les maisons en bois

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 28 (6849 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LES MAISONS EN BOIS SUR LE MARCHE DE LA MAISON INDIVIDUELLE

SOMMAIRE

I. Quelle place occupe la maison en bois sur le marché de la maison individuelle ? 5

A. Généralités 5
1. Historique 5
2. La construction bois en France 5
3. Quelques notions 5
4. Conclusion 6
B. Le poids économique de la filière bois 6
C. Les acteurs de la filière bois 6
1. Organismes derecherche et de promotion 6

II. Atouts 8

A. Aspect esthétique 8
1. Facteur d’harmonie dans le paysage 8
B. Aspect confort 9
1. Une maison en bois pour bien être et bien vivre 9
C. Aspect écologique 9
1. Lutter contre l’effet de serre 9
2. Participer à la vie de la forêt 10
3. Utiliser une ressource en forte croissance 10
D. Aspect économique 10
1.Economie d’énergie 10
E. Aspect technique 10
1. Résistance 10
2. Construction 11
3. Facilité d’utilisation 11

III. Contraintes 11

A. Inconvénients pour les constructeurs 11
1. Les contraintes réglementaires 12
2. Réglementation thermique 13
B. Inconvénients pour les consommateurs 14
1. Le coût 14
Introduction

Dans le cadre de notre projet, nous devonsréaliser une étude qui a pour but de connaître et d’évaluer la demande actuelle des maisons en bois sur le marché de la maison individuelle.
Pour ce faire, nous devons, dans un premier temps, nous renseigner sur ce marché. C’est pourquoi notre équipe a réalisé ce dossier qui a pour but de nous apporter les connaissances nécessaires pour mener à bien notre étude.

Le bois est un matériautraditionnellement utilisé dans les Alpes et les Pyrénées. Très courant en Amérique du Nord et en Scandinavie, où il est employé en structure dans plus de 90% des maisons individuelles, le bois a été longtemps délaissé en France. Plusieurs raisons expliquent sa marginalisation : la pénurie de matière, due au déboisement massif des forêts pour alimenter en énergie l’industrie naissante ; ladisparition entre 1914 et 1918, de très nombreux charpentiers chargés de l’étayage des tranchées ; le développement du béton, de l’acier et des matières plastiques.
En France, des réticences d’ordre psychologiques – souvenir des débarquements des dernières guerres, peur du feu – ont longtemps nuit à l’emploi du bois dans la construction. La structure morcelées des entreprises ne lui a pas permisd’assurer le contrepoids face aux filières acier et béton, puissantes et organisées. Une première innovation technologique, le lamellé – collé, permettant de franchir de manière économique des portées dépassant les limites du bois massif, inaugura le retour du bois dans la construction. Dans les années 1960, cette technique connut en France une forte expansion pour la réalisation de poutres de sectionconstante ou variable, d’arcs et de portiques supportant la couverture de grandes surfaces commerciales, de bâtiments industriels, de piscines et de salles de sport.

Il faut savoir qu’aux Etas Unis et en Scandinavie, la construction en bois a fait l’objet d’un développement continu. En France, cette tradition a été interrompue au début du siècle pour de multiples raisons liées essentiellementà l’apparition de nouveaux matériaux techniques performants. C’est à Jean Prouvé que l’on doit l’apparition au début des années 1950 d’une nouvelle manière d’utiliser le bois, notamment avec la petite maison qu’il a réalisée pour l’abbé Pierre en 1952.
L’utilisation du bois s’appliquait essentiellement au domaine de l’habitat : maisons individuelles et habitat de loisirs, en montagne et en bord demer.

Les maisons individuelles en bois des années 1970, souvent conçues selon la technique des poteaux poutres, étaient représentatives d’un certain standing et leur coût était en général plus élevé que celui d’une maison « en traditionnelle ». Les maîtres d’ouvrage, issus de classes sociales « favorisées » choisissaient le bois pour des raisons esthétiques et écologiques et...
tracking img