Les meubles en kit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 38 (9445 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 2 – La mise en place d’un site Web marchand
par Alexia ROUSSOS

Introduction
Le site Web marchand est au cœur des activités commerciales en ligne. Principale ressource du réseau Internet, l’espace Web constitue en effet le lieu privilégié du commerce sur Internet. Les raisons qui incitent les entreprises à mettre en place un site Web sont nombreuses. Parmi elles, la vente en ligneest particulièrement évoquée. Cependant, pour l’entreprise, les possibilités du réseau Internet ne se limitent pas à l’aspect transactionnel du commerce. La présentation des produits et services, le recrutement, le renforcement de l’image et le service à la clientèle sont d’autres utilités offertes par ce nouvel outil de communication. L’objectif du présent chapitre est donc, dans une premièresection, d’exposer les principales fonctions des sites Web. Ainsi, le commerçant électronique pourra décider de l’orientation du site marchand qu’il envisage. Le coût ainsi que le temps requis constituent des éléments à considérer lorsqu’une entreprise projette de se mettre en ligne. Ces facteurs sont intimement liés au développement et à l’entretien d’un site Web, c’est-à-dire à la conception et à lacréation du contenu, à la programmation, à la dimension esthétique du site et à son hébergement. Dans cet ordre d’idées, il n’y a pas de limite à l’investissement que l’on peut attribuer à la mise en place d’un site marchand. Néanmoins, il n’est pas nécessaire de disposer de larges sommes pour réaliser un commerce en ligne efficace et attirant. La deuxième section de ce chapitre vise à présenterles diverses manières de procéder à l’établissement d’une présence commerciale sur le réseau Internet. Le développement et la mise en ligne d’un site Web comportent plusieurs aspects juridiques dont le commerçant électronique doit être conscient. La propriété du site, le respect des œuvres qui le composent, le lieu de l’hébergement ainsi que la responsabilité en cas de panne du service sont aunombre des éléments qui soulèvent des questions juridiques. La troisième et dernière section de ce chapitre expose ces considérations.

Les fonctions commerciales
Certains biens et services se prêtent moins à la vente ou à l’exécution en ligne. Par exemple, il est difficile d’imaginer un massothérapeute prodiguant ses soins par le biais d’Internet ! Or, ce professionnel peut tirer avantage d’unsite Web, notamment en présentant ses services en ligne. En effet, les sites Web marchands ne visent pas uniquement la vente et peuvent servir à combler plusieurs autres besoins de l’entreprise. Les diverses fonctions envisageables font l’objet de cette section.

56

Le guide juridique du commerçant électronique

/D SUpVHQWDWLRQ HW OD YDORULVDWLRQ GHV SURGXLWV HW VHUYLFHV

Un site Web peutservir à la présentation et la valorisation des produits et services. C’est d’ailleurs la fonction privilégiée par les entreprises de services. Ces dernières expliquent en détail leurs prestations et donnent des indications quant à l’expérience professionnelle de leurs membres. Parfois, elles joignent à leur profil les noms de leurs principaux clients, des publications ou, s’il s’agit d’agences depublicité ou autres entreprises œuvrant dans le domaine de l’audiovisuel, un échantillon de leurs réalisations. Plusieurs sociétés offrent également un service gratuit afin de fidéliser leur clientèle. Par exemple, quelques études juridiques proposent des bulletins de nouvelles tandis que certains salons de coiffure dévoilent les nouvelles tendances. Saucier & Perrotte est une firme d’architectesquébécois qui s’est penchée sur la présentation et la valorisation de ses services. Leur site se divise en trois parties. Une première section intitulée « bureau » présente notamment une introduction de la société, les curriculum vitae des deux associés, une liste des projets et des prix gagnés, les publications ainsi que les articles ayant traité de la firme. Les deuxième et troisième parties...